Trois chiffres inquiétants sur la sédentarité des Français

Selon une étude, l'inactivité physique et la sédentarité gagnent du terrain chez les Français. Au détriment de leur santé.

Photo d\'illustration d\'une utilisatrice de smartphone.
Photo d'illustration d'une utilisatrice de smartphone. (MEGAN MALOY / IMAGE SOURCE / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ils ont envahi notre quotidien, pas forcément au bénéfice de notre santé. L’usage massif des écrans a conduit à une explosion de l'inactivité physique et de la sédentarité – le temps passé assis ou allongé en dehors des temps de repas et de sommeil. Des facteurs de risque pour des maladies comme le diabète ou des problèmes cardiaques. 

C’est ce qui ressort de l’étude Esteban (Etude de santé sur l'environnement, la biosurveillance, l'activité physique et la nutrition), publiée mardi 26 septembre. L'agence Santé publique France a réalisé cette enquête entre avril 2014 et mars 2016, sur plus de 3 800 personnes, âgées de 6 à 74 ans. Franceinfo en retient trois chiffres plutôt inquiétants.

Les Français passent 5,07 heures par jour devant les écrans

Cette durée moyenne a explosé depuis 2006. Chez les adultes, elle a augmenté de 53%, davantage encore pour les femmes.

La proportion d'adultes passant trois heures ou plus devant leur écran, en dehors de leur activité professionnelle, a même atteint 80% en 2015. Un constat "alarmant", pour Benoît Salanave, chercheur et coauteur de l'étude. "Chez les enfants, parmi lesquels l'activité physique n'a guère progressé et même s'est dégradée chez les 6-10 ans, le temps passé devant les écrans augmente, quel que soit l'âge", souligne-t-il.

Le nombre de femmes physiquement actives a baissé de 16% en dix ans

Cette diminution, "préoccupante" selon le rapport, s'observe de façon plus prononcée chez les femmes de 40-54 ans (-22%). Sur la même période (entre 2006 et 2015), la proportion d'hommes physiquement actifs a augmenté de 10%, essentiellement parmi les 40-54 ans. Seulement 53% des femmes satisfont aux recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en matière d'activité physique, contre 70% des hommes.

Seuls 61% des adultes sont assez actifs

Ces Français ont un niveau d'activité physique conforme à ce que recommande l'OMS pour limiter les risques de maladies. Chaque semaine, il faudrait faire au moins 150 minutes "d'activité d'endurance d'intensité modérée" : marche soutenue (6-7 km/h), vélo, natation... Ou, deuxième option, au moins 75 minutes "d'activité d'endurance d'intensité soutenue" : jogging, aérobic, sports collectifs...

"La hausse importante des comportements de sédentarité que nous mesurons dans nos études doit trouver sa réponse dans la mise en place d'actions de prévention et d'information ciblées, scientifiquement évaluées, permettant à chacun d'adopter des solutions adaptées pour maintenir son activité physique", commente le Pr François Bourdillon, directeur général de Santé publique France.

Le rapport rappelle que l'inactivité physique est le quatrième facteur de risque de maladies non transmissibles : diabète, maladies cardiovasculaires, certains cancers... Elle est impliquée dans plus de trois millions de morts évitables, d'après l'OMS. La sédentarité a aussi un coût financier, dû aux dépenses de santé et à la perte de productivité. Selon une étude, publiée le 27 juillet, à l'échelle mondiale, les problèmes de santé dus au manque d'activité ont représenté un coût de 61 milliards d'euros en 2013. Soit davantage que le PIB d'un pays comme le Costa Rica.