Embryon chimérique cochon-humain : "Il y a certains organes qu'il ne faut surtout pas humaniser"

Des embryons chimères, humains et porcins, ont été créés pour la première fois par des chercheurs. Le professeur John De Vos a expliqué sur franceinfo cette expérience et ses limites éthiques et légales. 

Un embryon chimérique, à la fois cochon et humain.
Un embryon chimérique, à la fois cochon et humain. (SALK INSTITUTE)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Pour la première fois, des chercheurs du Salk Institute de La Jolla, en Californie, ont créé des embryons chimères, à la fois humains et porcins. Ils ont implanté des cellules souches humaines dans des embryons de cochons qui ont ensuite été implantés dans l’utérus d’une truie. C’est un premier pas pour développer des organes humains chez des animaux. Ces organes pourraient ensuite être récupérés pour des greffes sur des êtres humains. Pour John de Vos, professeur, responsable du département ingénierie cellulaire et tissulaire au CHU de Montpellier, "c’est un pas en avant", explique-t-il sur franceinfo. 

franceinfo : Pourquoi avoir choisi le cochon pour créer cet embryon ?

John De Vos : Cela fait suite à une recherche plus ancienne qui a commencé il y a sept ans au Japon. Des chercheurs ont montré qu’on pouvait produire des organes de souris dans un rat et vice versa. On s’est alors dit qu’on pourrait peut-être un jour créer un organe humain dans un gros animal, comme le porc. D’une part parce qu’il a un métabolisme assez proche de l’être humain, puisqu'il est omnivore. D’autre part, il y a des porcins de taille humaine. Donc, cela favorise l’obtention d’organes de la bonne taille.

Quels organes pourrait-on greffer aux humains ?

L’insuffisance de don d’organe est un gros problème médical, avec des listes d’attente qui dépassent les 14 000 patients. Certains patients meurent faute d’avoir eu un organe en temps et en heure. Les possibilités sont assez larges. La première sera peut-être le pancréas, puisqu’on en prélèverait seulement une partie et non l’organe tout entier. Ce serait juste la partie qui fabrique l’insuline, pour traiter des diabétiques, mais ça pourrait ensuite s’étendre au foie, aux reins, au cœur, etc.

Quelles sont les limites à ne pas dépasser ?

Il y a certains organes qu'il ne faut surtout pas "humaniser". Le premier qui tombe sous le sens, c’est le cerveau de l’animal. Il ne faut à aucun prix que le cerveau de l’animal soit humanisé et qu’on se retrouve avec un porc qui aurait un cerveau en grande partie d’origine humaine. Ensuite, il y a aussi les organes reproducteurs, et tout ce qui touche à la représentation de l’humain. Cela concerne la peau, les membres, les cordes vocales, etc. Même si l’animal garde son cerveau, cela brouillerait la frontière entre l’animal et l’humain et ce serait inacceptable. Il va donc falloir déterminer cette ligne rouge à ne pas franchir et se donner les moyens pour que jamais on ne la franchisse. Je voudrais insister sur un fait : ce n’est pas nouveau de mélanger des cellules humaines et animales. Il y a des patients qui reçoivent des valves de porc avec succès. A l’inverse, cela fait encore plus longtemps qu’on administre des cellules humaines à des souris pour fabriquer du sang par exemple. La différence, ici, c’est qu’on a injecté des cellules humaines dès le tout début du développement embryonnaire de l’animal. De ce fait, il y a une contribution humaine à l’ensemble des tissus."

Quelles sont les limites de la loi dans ce domaine ?

La loi française est relativement ambiguë. Le chapitre qui concerne la recherche sur l’embryon humain dit qu’on n’a pas le droit de créer des embryons chimères. Etant donné qu’on est dans le chapitre de l’embryon humain, on comprend qu’il ne faut pas injecter des cellules animales dans l’embryon humain. Cependant, l’inverse n’est pas mentionné dans la loi française. Donc il y a un flou. Ce flou est par ailleurs entretenu dans d’autres pays. Je sais que le Japonais Hiromitsu Nakauchi, qui est le pionnier de cette recherche, n’a pas pu faire ses expériences au Japon donc il est parti les faire en Californie, aux Etats-Unis.