Angers : les pieds du fœtus sortaient de l'utérus, les médecins parviennent à sauver le bébé

L'enfant est né sous césarienne après 30 semaines de grossesse. Les faits se sont déroulés il y a un an, mais ils viennent tout juste de faire l'objet d'une publication dans une revue médicale américaine.

Diagnostiquée à 22 semaines de grossesse, cette anomalie a été prise en charge par les équipes du Centre hospitalier universitaire d\'Angers.
Diagnostiquée à 22 semaines de grossesse, cette anomalie a été prise en charge par les équipes du Centre hospitalier universitaire d'Angers. (FR?D?RIC CIROU / MAXPPP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

C'est un cas de grossesse rarissime. Les hôpitaux d'Angers (Maine-et-Loire) sont parvenus à maintenir pendant deux mois la viabilité d'un fœtus dont les jambes avaient transpercé la paroi de l’utérus de sa mère. 

Un événement passé quasiment inaperçu en France avant d'être salué, le 21 décembre 2016, dans la revue médicale américaine The New England Journal of Medecine (article en anglais). Une information reprise depuis par le Washington post (en anglais), qui a relayé le 25 décembre sur Twitter une reproduction saisissante d'une IRM passée à 22 semaines de grossesse. Avant cet IRM, la femme enceinte, âgée de 33 ans, ne présentait aucun symptôme particulier. L'anomalie a été découverte à l'occasion de cette banale échographie de contrôle.

Né sous césarienne

Pris en octobre 2015 par l’équipe du docteur Pierre-Emmanuel Bouet, gynécologue-obstétricien et responsable du service de médecine de la reproduction au Centre hospitalier universitaire d’Angers (Maine-et-Loire), le cliché montre les jambes du fœtus sortir de l'utérus, tout en restant protégées par la poche des eaux. 

"J'ai été étonné quand j'ai découvert (l'anomalie)", explique le médecin au Washington postDans les notes qui accompagnant cet IRM, l'équipe médicale indique que "la patiente et son partenaire ont été informés des risques potentiels de ces découvertes". Elle craint notamment la rupture utérine complète, l'accrétion du placenta, une naissance prématurée, et la nécessité de recourir à une ablation de l'utérus (hystérectomie), indique la rédaction d'Allodocteurs.

Malgré le choix des parents de poursuivre la grossesse, la décision est prise deux mois après de réaliser un accouchement par césarienne. Né sain et sauf en décembre 2015, le bébé pèse alors 1,385 kilo. "Il était prématuré, mais en bonne santé", rapporte encore le docteur Pierre-Emmanuel Bouet dans le Washington post.