Risque d'épidémie de rougeole et d'oreillons: les français encore insuffisamment vaccinés

Selon le BEH (Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire), la couverture vaccinale des jeunes français de moins de trente ans est insuffisante.

Un jeune garçon reçoit un vaccin DTP (diphtérie - tétanos - poliomyélite) dans un centre de santé à Lyon, le 29 avril 2013.
Un jeune garçon reçoit un vaccin DTP (diphtérie - tétanos - poliomyélite) dans un centre de santé à Lyon, le 29 avril 2013. (AUBERT / BSIP / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

La proportion de sujets insuffisamment protégés contre la rougeole, les oreillons et la rubéole parmi les moins de 30 ans reste élevée en France, permettant la survenue d'épidémies, souligne une étude publiée mardi.

L'étude, basée sur deux enquêtes (2008-2009 et 2009-2010), montre une proportion encore élevée (7% ou plus) de sujets insuffisamment immunisés à ces trois maladies prévenues par un vaccin (le "ROR"), note le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l'Institut de veille sanitaire (InVS).

Les résultats suggèrent aussi une diminution de l'exposition de la population vis-à-vis de l'hépatite A et de la toxoplasmose chez les personnes nées après 1980.

Les proportions de sujets "réceptifs", c'est-à-dire insuffisamment immunisés, vis-a-vis de la rougeole, des oreillons et de la rubéole étaient respectivement de 10%, 15% et 11% chez les enfants de 1 à 6 ans, de 8%, 14% et 8% chez ceux de 6-29 ans et de 1%, 6% et 5% parmi les 30-49 ans, selon l'étude.

Le BEH rappelle que le seuil de 5% a été fixé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), comme une des conditions pour l'élimination de la rougeole.

Une première enquête avait montré en 1998, une immunité insuffisante contre la rougeole, les oreillons et la rubéole chez les enfants et les adolescents ne permettant pas d'interrompre la circulation des trois virus en cause.

Une épidémie de rougeole, l'une des malades les plus contagieuses, a d'ailleurs sévi en métropole (son pic a eu lieu en 2011).

Cette épidémie, ainsi que l'immunisation insuffisante des enfants et des adolescents, a conduit les autorités sanitaires à recommander en mars 2011, une vaccination de rattrapage chez les générations nées après 1980, avec le vaccin trivalent ROR.

Selon un point de l'InVS datant de mi-octobre, depuis le 1er janvier 2008, plus de 23.000 cas de rougeole ont été déclarés en France, dont près de 15.000 cas en 2011. Depuis le début de cette épidémie en 2008 et jusqu'à fin septembre 2013, plus de mille pneumopathies graves, ainsi que 32 complications neurologiques et dix décès, ont été enregistrés.

Après avoir baissé en 2012, le nombre de cas a continué à diminuer en 2013, avec 237 cas déclarés entre le 1er janvier et le 30 septembre, dont quatre pneumopathies graves et deux encéphalites qui ont guéri sans séquelles.

Le virus continue toutefois à circuler en particulier dans le Sud-Est de la France. Les auteurs conseillent donc de "rester vigilant" et de continuer à veiller à mettre à jour la vaccination.