Quels sont les vrais dangers des écrans pour vos enfants ?

L'Agence nationale de sécurité sanitaire a alerté, jeudi, sur la dangerosité des images 3D pour les moins de 13 ans. Mais les écrans plus classiques de télé ou d'ordinateur doivent aussi être regardés avec modération.

Avant 3 ans, la télé est fortement déconseillée.
Avant 3 ans, la télé est fortement déconseillée. (GÉRARD LAUNET / MAXPPP)
avatar
Kocila MakdecheFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Cette nouvelle alerte va angoisser les parents. Dans une étude rendue publique jeudi 6 novembre, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) déconseille formellement l'usage d'écrans 3D pour les enfants de moins de 6 ans. Et elle préconise une utilisation "modérée" jusqu'à 13 ans.

On se rappelle l'engouement qu'avait provoqué le film Avatar en 2009, premier long métrage en 3D plébiscité par les enfants. Depuis, les lunettes rouge et bleu ont été remplacées par un simple bouton sur les téléviseurs. Les consoles de jeux, tablettes et téléphones mobiles se mettent aussi à la 3D. Mais quels sont vraiment les dangers des écrans – 2D et 3D  pour les enfants ?

Ils dérèglent les réflexes oculaires, ce qui abîme leurs yeux

Les enfants manient les écrans à un âge toujours plus précoce. "Les chiffres indiquent que les enfants de 3 à 6 ans passent en moyenne une heure par jour devant un écran", explique le psychiatre pour enfants Michaël Larrar. Les 12-17 ans y passent en moyenne quatre heures et demie chaque jour.

Par rapport à la 2D (les écrans classiques), la 3D fatigue plus rapidement les yeux et peut surtout altérer le développement oculaire des plus jeunes. Chez l'enfant, "le système visuel en plein développement est encore fragile, explique au Monde Olivier Merckel, responsable de l'unité d'évaluation des risques liés aux nouvelles technologies à l'Anses. Il est contraint de fonctionner d'une façon qui n'est pas naturelle, ce qui pourrait avoir des conséquences néfastes à long terme."

Dans le monde réel, les deux yeux convergent pour faire le point sur un objet. Le cristallin de chaque œil se déforme pour faire le point : un principe physiologique qui n'est pas possible avec la 3D. Là, l'œil peine à assimiler la coexistence d'un objet virtuel, l'objet en 3D, et d'un objet réel, l'écran plat, et les yeux de l'enfant prennent de mauvais réflexes. A un jeune âge, cela peut altérer la zone du cerveau qui se charge de fusionner les images.

Certains imputent aussi aux écrans la progression de la myopie dans les sociétés modernes. "On constate une plus grande fréquence de la myopie dès l'enfance et l'adolescence", affirme dans les pages du Monde Béatrice Cochener, présidente de l'Académie française de l'ophtalmologie. Mais le lien n'a jamais été démontré. "La théorie que le temps passé exagérément sur les écrans d'ordinateurs et consoles vidéos favoriserait le développement de la myopie ne trouve aucun support scientifique", faute d'études épidémiologiques, tempère le professeur Thanh Hoang-Xuan, chef du service d'ophtalmologie à l'Hôpital américain de Paris. Les chercheurs qui travaillent sur la myopie orientent plutôt leurs recherches sur un autre coupable : le temps croissant passé à l'intérieur des maisons et des appartements par les enfants, indique Slate.

Ils altèrent leur concentration, ce qui se fait ressentir à l'école

Plus les enfants passent du temps devant des écrans, plus leurs résultats scolaires sont mauvais. C'est ce que montre une étude publiée dans le numéro d'octobre 2014 de la revue American Journal of Family Therapy, qui analyse les habitudes de 46 000 familles américaines avec enfants (de la maternelle à la terminale). A partir d'une demi-heure de temps d'écran par jour, ils ont constaté une baisse régulière des résultats scolaires. La baisse est beaucoup plus prononcée après deux heures et, au-delà de quatre heures, la moyenne générale de l'enfant chute d'une classe.

Pour expliquer ces chiffres, les chercheurs invoquent les difficultés à trouver le sommeil que développent les enfants qui passent beaucoup de temps devant la télévision ou sur l'ordinateurSelon l'étude citée par le Huffington Post (article en anglais), les enfants qui passent quatre heures par jour devant un écran mettent en moyenne vingt minutes de plus à s'endormir.

Autre élément de réponse : les problèmes de concentration qui progressent avec l'exposition aux écrans."Les dessins animés et les jeux vidéos habituent les enfants à une forte dose d'excitation, qu'ils ne retrouvent pas dans la vraie vie, explique le Dr Larrar. Parce que les autres activités deviennent moins captivantes, il devient plus difficile de se concentrer dessus."

Ils poussent à la paresse intellectuelle mais, dans certains cas, aident au développement cognitif

Accros à l'excitation que provoquent les écrans, les enfants se désintéressent des jouets plus classiques. Le développement psychomoteur des jeunes enfants passe pourtant essentiellement par le jeu, selon Michaël Larrar. "Ils commencent par des jeux fonctionnels comme des cubes, puis s'amusent en imitant les adultes. Ils jouent à la maîtresse d'école, aux pompiers, ce qui leur permet de découvrir la réalité." Viennent ensuite les jeux symboliques où les enfants mettent en scène leurs angoisses et développent leur imagination.

A l'inverse, les écrans non-interactifs, comme la télévision, les plongent dans la passivité. L'image s'impose à l'enfant qui se retrouve dans un processus linéaire. Il ne développe pas son imagination ou sa capacité à raisonner pour tenter de trouver une solution à un problème. "Il n'expie pas non plus ses angoisses, comme il peut le faire sur ses Playmobil ou d'autres jouets, ce qui est extrêmement important", explique le Dr Larrar. Mais tout n'est pas, pour autant, noir comme un téléviseur éteint.

A l'inverse, les écrans interactifs et particulièrement les tablettes aideraient les tout-petits dans leur développement cognitif et dans le calibrage de leurs sens. "La première forme d'intelligence chez les bébés est sensorimotrice, c'est-à-dire qu'ils adorent toucher du doigt ce qu'ils voient. Rien de mieux qu'une tablette tactile pour ça", explique sur France Culture Olivier Houdé, professeur de psychologie cognitive à l'université Paris-Descartes. En jouant avec des formes ou des sons sur l'écran, les bébés "créent dans leur cerveau une intermodalité entre plusieurs sources sensorielles".

Pour aider les parents à y voir plus clair, le Dr Serge Tisseron a établi une règle assez simple : "le 3, 6, 9, 12". Jusqu'à 3 ans, pas de télévision. Avant 6 ans, pas de console de jeux. A partir de 9 ans, l'enfant peut aller sur internet, mais avec ses parents. Enfin, à 12 ans, laisser l'adolescent découvrir le monde virtuel.