Preignac : les médecins veulent une enquête approfondie sur les pesticides

Le dossier des pesticides est loin de se refermer à Preignac, dans le Sauternais. L’association de médecins "Alerte des médecins sur les pesticides" relance le débat. Elle conteste les conclusions du rapport mené par l'Institut de veille sanitaire sur les cancers pédiatriques.

(Pesticides à Preignac : les médecins veulent une enquête approfondie © Radio France - Xavier Ridon)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Avec 4 cas recensés entre 1999 et 2012 dans la commune de Preignac, dans le Sauternais, et dans celles environnantes, l'institut de veille sanitaire estime que l'excès de cancers existe mais qu'il est faible. Or, pour les médecins, on ne peut pas balayer d'un revers de la main cet excès car il ne serait pas scientifiquement significatif.

"C’est le maire de Preignac qui a alerté l’Agence régionale de santé de la survenue de quatre cas de cancers pédiatriques dans sa commune sur une douzaine d’années. L’ARS a diligenté une étude qui a été publiée en août 2015 ", explique Pierre-Michel Périnaud, porte-parole de l’association Alerte médecins pesticides.

L'environnement de Preignac est-il un cas particulier en France ? A l'évidence, la réponse est oui pour l'association puisque l'école de la commune est au coeur des vignes et donc de l'activité viticole. Ce qui est récurrent en Gironde mais pas partout en France. L'association en profite et rappelle que la viticulture utilise pratiquement 20% des quantités de pesticides commercialisées sur 4% de la surface agricole utile.

"Au vu de ces chiffres, il est difficile de tourner la page. Cette population subissait une exposition environnementale particulière liée aux pesticides et c’était la seule ", insiste Pierre-Michel Périnaud.

Le lien entre exposition aux pesticides et cancers d'enfant est-il plausible ? Bien sûr que oui répondent les médecins. L'Agence régionale de santé, elle, ne dit pas le contraire mais ne souhaite pas aller plus loin.

"Il faut une enquête un peu plus approfondie ", estime Pierre-Michel Périnaud, pour qui ce rapport devrait être un point de départ et non un point final. Pour l'heure, l'ARS indique surtout ne pas vouloir réagir.

Pesticides à Preignac : "Il faut une enquête un peu plus approfondie", estime Pierre-Michel Périnaud, porte-parole de l’association Alerte médecins pesticides
--'--
--'--