Victime des attentats de Paris, son assureur lui refuse son prêt

Après les attentats du 13 novembre à Paris, les assureurs s'étaient engagés à faciliter les démarches des victimes ou de leurs familles, afin qu'ils puissent recevoir aides et indemnisations. Mais le temps est long pour les victimes, et certains assureurs peuvent se montrer cruels. Rescapée du Bataclan, Laurence s'est ainsi vue refuser un prêt en raison de son stress post-traumatique. Témoignage.

FRANCE 5
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Laurence était au Bataclan le soir des attentats du 13 novembre. Elle a pu sortir à temps sans être blessée. Choquée, elle essaye depuis lors d'aller de l'avant et de continuer à vivre.

Avant les attentats, elle avait souscrit un prêt immobilier pour son premier appartement. Il ne lui manque plus qu'une assurance emprunteur. Au moment de remplir le questionnaire de santé, elle joue la carte de l'honnêteté, notifiant qu'elle a été suivie par un psychologue suite aux attentats.

Pas suffisant aux yeux de l'assureur de sa banque qui lui notifie dans une lettre un refus, motivé "par l’état de stress post-traumatique que vous avez connu, suite aux attentats de Paris".

Laurence s’attendait "une visite médicale ou à un bilan psychologique du médecin de conseil", nous explique-t-elle. "Rien de tout cela n'est arrivé. On dit non à vos projets, vous avez l’impression que vous n'allez jamais vous en sortir, jamais vous en remettre."

La veille de la diffusion de cette enquête, l'assureur a décidé de faire marche arrière, et a contacté Laurence pour une "renégociation". Elle hésite encore à l'accepter.