Hôpital : infirmiers surchargés, patients en danger

Une étude publiée récemment dans le British Medical Journal montre que lorsque le nombre de patients dont une infirmière a la charge passe de dix à six, la mortalité diminue de 20%.

avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

La conclusion de l'analyse de 19 millions d'hospitalisations en Angleterre est sans appel : plus une infirmière a de patients sous sa responsabilité, plus leur risque de mortalité augmente. Ces résultats confortent ceux d'études antérieures et sont transposables à la situation dans les hôpitaux français. A l'heure des contraintes budgétaires, le personnel soignant est soumis à une forte pression. "La durée moyenne d'hospitalisation a été réduite et donc cela fait une concentration de travail dans un temps limité ce qui augmente le risque d’erreurs", estime Thierry Amouroux, secrétaire général du Syndicat national des professionnels infirmiers.

L'étude anglaise montre que ces risques ne peuvent pas être réduits par l'augmentation du nombre de personnel moins qualifié. C’est uniquement la compétence spécifique des infirmiers et leur présence auprès des patients qui est en jeu. 

"Lorsque vous courrez d’un patient à l'autre, vous n’avez pas le temps d’observer un certain nombre de signes qui permettent de détecter l’aggravation de l’état et c’est cela qui peut entraîner une augmentation de la mortalité des patients", explique Thierry Amouroux. Il faudrait selon le syndicaliste "un ratio d’infirmiers par patient selon les pathologies pout être en sécurité."

Pour l'instant en France, ces quotas existent seulement dans deux types de service. En réanimation, il faut au moins deux infirmiers pour cinq patients et un infirmier pour six patients dans les services de dialyse.

Source : Registered nurse, healthcare support worker, medical staffing levels and mortality in English hospital trusts: a cross-sectional study, BMJ Open 2016;6:e008751, doi:10.1136/bmjopen-2015-008751