Un psy jugé après la mort d'un patient qui testait un anti-dépresseur

Le Docteur Christian Gaussarès, un médecin d'Arcachon, comparaissait mercredi devant le tribunal correctionnel de Bordeaux pour mise en danger de la vie d'autrui. Il avait testé pour un laboratoire danois un anti-dépresseur sur 21 patients, alors que huit d'entre eux n'auraient jamais dû être inclus dans cette étude clinique, vu leurs antécédents. Un de ces patients s'est même suicidé deux mois après le début du traitement. Six mois de prison ont été requis contre le médecin.

(Maxppp)
avatar
Pierrick de MorelFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Un médecin d'Arcachon a comparu mercredi devant le tribunal correctionnel de Bordeaux, notamment pour mise en danger de la vie d'autrui. Le Dr Christian Gaussarès avait mené, en 2009, un essai clinique sur 21 de ses patients pour tester un antidépresseur mis au point
par le laboratoire danois Lundbeck.

Problème : huit d'entre eux n'auraient jamais dû être inclus dans cette étude clinique, vu leurs antécédents car suicidaires ou à tendance suicidaires.
Un de ces patients s'est au final donné la mort en s'immolant par le feu, deux mois après le début du traitement.

"L'appât du gain"

Pour Me Daniel Rumeau, avocat des parties civiles, une seule raison motivait ces essais : "l'appât du gain ". En effet, le psychiatre touchait près de 10.000 euros par patient, et alors que les laboratoires danois lui avaient demandé de choisir six patients, lui en avait sélectioné... 21. Le médicament n'a finalement jamais été
commercialisé.

Six mois de prison ont été requis contre le médecin, plus la confiscation de l'immeuble dont il est propriétaire.
Le jugement a été mis en délibéré au mois de juin.