Trop de médicaments dangereux restent sur le marché en Afrique

Une étude publiée le 4 février sur le site BMC Medecine indique qu'en Afrique beaucoup de médicaments retirés du marché dans d'autres pays restent en vente ou seraient bien plus longtemps accessibles. Au total, 462 produits médicamenteux retirés pour avoir des effets secondaires ont été étudiés. 

(55582125)

Mis à jour le , publié le

Les chercheurs ont inclus dans l'étude les médicaments retirés du marché entre 1950 et 2014 et ont évalué les preuves à partir desquelles la décision de retrait a été prise (en fonction des critères de Oxford Centre for Evidence Based Medecine). La raison la plus courante est l'hépatotoxicité (dommages au foie). Dans 25% des cas un décès a été associé à un produit.

Dans 72% des cas la preuve était un rapport des effets secondaires. Seulement 43 médicaments ont été retirés dans le monde entier et 179 dans un seul pays. Le retrait est vraisemblablement moins significatif en Afrique que sur les autres continents. En effet, sur le continent africain qui récence 54 pays pour une population de 1,111 milliard, 63 produits seulement ont été retirés du marché contre 309 en Europe.

L'intervalle médian entre le premier effet indésirable rapporté et l'année du premier retrait est de six ans. D'après l'étude, l'intervalle ne s'est pas réduit avec le temps.

"Il y a des divergences dans les modèles de retrait du marché des médicaments quand les effets indésirables sont suspectés, et les retraits présentent des contradictions à travers les pays" concluent les chercheurs. Ils préconisent "une meilleure coordination parmi les autorités régulatrices et une plus grande transparence dans le rapport des effets indésirables qui aiderait à améliorer les processus de décisions".

Etude source : "Post-marketing withdrawal of 462 medicinal products because of adverse drug reactions: a systematic review of the world literature" de Igho J. Onakpoya et al. Publiée dans la revue BMC Medecine le 4 février 2016.