Virus Zika : l'OMS conseille aux femmes enceintes d'éviter les zones affectées

L'Organisation mondiale de la santé estime désormais que les dernières recherches sur Zika sont "alarmantes".

Des affiches et des livrets de la campagne de lutte contre le virus Zika, pris en photo à Petit-Bourg (Guadeloupe), le 4 mars 2016.
Des affiches et des livrets de la campagne de lutte contre le virus Zika, pris en photo à Petit-Bourg (Guadeloupe), le 4 mars 2016. (HELENE VALENZUELA / AFP)

Mis à jour le , publié le

"Il faut conseiller aux femmes enceintes de ne pas se rendre dans des régions affectées par l'épidémie en cours due au virus Zika." Jusqu'ici, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) préconisait une simple information des femmes enceintes qui se rendaient dans les régions affectées par le virus Zika. Mardi 8 mars, elle hausse le ton. Désormais, elle déconseille aux femmes enceintes de se rendre dans ces zones. 

L'organisation estime que les dernières recherches sur Zika sont "alarmantes". Même si le lien entre le virus et la microcéphalie n'a pas été définitivement prouvé, "nous ne devons pas attendre d'avoir une preuve définitive", a déclaré la directrice générale de l'OMS.

De nombreux risques

"La microcéphalie est seulement l'une des anomalies associées avec l'infection Zika durant la grossesse", a-t-elle ajouté. Il existe d'autres risques comme "la mort du fœtus, des retards de croissance et des atteintes au système nerveux central", a-t-elle souligné.

Mardi matin, le CNRS et l'Inserm, deux instituts de recherche français, ont annoncé que le virus pouvait aussi affecter la moelle épinière et déclencher une myélite aiguë, une atteinte sévère des membres susceptible de laisser des séquelles motrices.