Un nouveau cas d'Ebola identifié en Sierra Leone alors que la fin de l'épidémie avait été annoncée hier

Cette annonce survient quelques heures seulement après la proclamation officielle de la fin de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest.

Du personnel médical de Médecins sans frontières à Kailahun, en Sierra Leone, en août 2014.
Du personnel médical de Médecins sans frontières à Kailahun, en Sierra Leone, en août 2014. (CARL DE SOUZA / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

L'Organisation mondiale de la santé a confirmé, vendredi 15 janvier, un nouveau cas d'Ebola en Sierra Leone. La veille, l'OMS avait pourtant annoncé la fin de l'épidémie en Afrique de l'Ouest. La déclaration par l'organisation avait été accueillie avec soulagement mais prudence par les pays touchés. L'OMS souligne d'ailleurs le "risque permanent de nouvelles flambées durant 2016 en raison de la persistance du virus parmi les survivants".

Le cas d'Ebola a été identifié après une mort suspecte à Magburaka, dans le district de Tonkolili. Un premier prélèvement avait été testé positif jeudi. Selon un responsable sierra-léonais, il s'agit d'une étudiante de 22 ans, Marie Jalloh, décédée à une date non indiquée. 

La victime a été en contact avec 27 personnes identifiées

D'après le docteur Augustine Junisa, responsable médicale de la ville de Magburaka, la jeune femme est tombée malade la semaine dernière alors qu'elle était en vacances dans le village de Baomoi Luma. Elle a été transportée par voie terrestre par ses proches à Magburaka, où elle est décédée. 

Toutes les mesures ont été prises pour tenter de circonscrire la propagation et identifier les personnes ayant été en contact avec la victime, dont la famille a été placée en isolement, a assuré vendredi à la presse le porte-parole du Bureau de la sécurité nationale (ONS), Langoba Kelly. Selon une ONG sur place, citée par l'agence Reuters, cela concerne 27 personnes. 

La Sierra Leone sortie de l'épidémie depuis le 7 novembre

L'épidémie d'Ebola, partie en décembre 2013 de Guinée, s'était ensuite propagée au Liberia et en Sierra Leone. En deux ans, le virus a gagné dix pays, dont l'Espagne et les Etats-Unis, provoquant officiellement 11 315 morts sur 28 637 cas recensés à plus de 99% en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone, trois Etats limitrophes. Ce bilan, sous-évalué de l'aveu même de l'OMS, est sept fois supérieur en nombre de morts à celui cumulé de toutes les épidémies d'Ebola depuis l'identification du virus en Afrique centrale en 1976.

La Sierra Leone était sortie de l'épidémie depuis le 7 novembre, suivie de la Guinée le 29 décembre. Il ne restait plus que le Liberia, qui a atteint jeudi son 42e jour – deux fois la durée maximale d'incubation du virus – sans nouveau cas depuis le second test négatif sur le dernier patient, d'après l'OMS.