Fin de l'épidémie d'Ebola : qu'est-ce que cela signifie exactement ?

Selon l'OMS, l'épidémie de virus Ebola est officiellement terminée en Afrique de l'Ouest. Pour cela, il faut passer par deux étapes.

Un membre des équipes médicales soigne un enfant atteint de l'épidémie Ebola, au centre de traitement de Kenama, au Sierra Leone, le 15 noivembre 2014.
Un membre des équipes médicales soigne un enfant atteint de l'épidémie Ebola, au centre de traitement de Kenama, au Sierra Leone, le 15 noivembre 2014. (FRANCISCO LEONG / AFP)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Elle a causé la mort de plus de 11 000 personnes. Depuis 2013, l'épidémie d'Ebola, partie de Guinée, s'est propagée au Liberia, en Sierra Leone ou encore au Mali. Elle a, en tout, touché plus de dix pays et 28 637 cas de contamination au virus ont été recensés. Jeudi 14 janvier, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé qu'elle était officiellement terminée

Après l'arrêt de la transmission d'Ebola en Sierra Leone, le 7 novembre, et en Guinée le 29 décembre, c'est donc le Liberia qui a réussi à vaincre l'épidémie. Que signifie cette affirmation ? Voici les deux étapes avant de pouvoir dire qu'une épidémie est terminée. 

1Il n'y a aucun nouveau cas d'Ebola pendant 42 jours

Une maladie ne se transmet plus lorsque le dernier cas date de plus de deux périodes d'incubation, à savoir le temps entre la contamination du malade et l'apparition des premiers symptômes. Dans le cas d'Ebola, il s'agit de 21 jours au maximum après le second test négatif du dernier patient après traitement. Pour l'épidémie Ebola, 42 jours doivent donc passer sans qu'aucun nouveau ne soit déclaré.

2Une période de surveillance renforcée est mise en place

"S'ouvre alors une période de surveillance renforcée", explique Le Monde. Période pendant laquelle la vigilance ne faiblit pas. "Nous sommes contents, mais nous restons vigilants et continuons à prendre les mesures préventives nécessaires pour éviter une nouvelle épidémie", explique le vice-ministre libérien de la Santé, Tolbert Nyensuah. Le Liberia a en effet, par deux fois, annoncé la fin de l'épidémie, en mai et septembre 2015, avant de voir de nouveaux cas ressurgir.

Le virus reste présent durant neuf mois dans certains liquides corporels tels que le sperme d'anciens malades. Ban Ki-moon, secrétaire général de l'ONU, invite donc à la vigilance face à de possibles résurgences "dans l'année"