Ebola : 4 447 morts, l'OMS reconnaît que le nombre de cas est sous-estimé

L'agence de l'ONU s'attend à ce que le nombre de cas dépasse les 9 000 dans le courant de la semaine.

Des membres de la Croix-Rouge portent le corps d'une victime du virus Ebola, à Monrovia au Liberia, le 10 octobre 2014.
Des membres de la Croix-Rouge portent le corps d'une victime du virus Ebola, à Monrovia au Liberia, le 10 octobre 2014. (MOHAMMED ELSHAMY / ANADOLU AGENCY / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

L'épidémie d'Ebola ne faiblit pas en Afrique. Quatre jours seulement après avoir passé le cap des 4 000 victimes de cette fièvre hémorragique, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) publie, le 14 octobre, un nouveau bilan de 4 447 victimes et 8 914 malades au total. L'OMS a profité de ce nouveau chiffrage pour donner des éléments quant à ses prévisions. Et ce n'est pas forcément rassurant.

Le nombre de malades continue d'augmenter, mais moins vite

L'agence de l'ONU s'attend à ce que le nombre total de contaminations franchisse la barre des 9 000 dans le courant de la semaine. Dans certaines régions, l'OMS constate pourtant "un ralentissement de l'épidémie", selon son directeur général adjoint. Autrement dit, le nombre de malades continue d'augmenter, mais moins vite. Ce "ralentissement" de l'augmentation du nombre de malades est visible sur ce graphique (mis à jour le 14 octobre).

Toutefois, il serait "vraiment prématuré" de crier victoire, nuance-t-il. Un ralentissement ne veut pas dire que l'épidémie va cesser dans ces secteurs. D'autant plus que l'épidémie atteint des zones en Sierra Leone, en Guinée ou au Liberia, qui étaient encore épargnées il y a un mois.

Les chiffres sont sous-estimés

L'OMS reconnaît qu'il faut prendre ces chiffres avec beaucoup de pincettes. En effet, après plusieurs accusations de sous-estimations, l'organisation concède que les chiffres seraient 1,5 fois plus élevés en Guinée, 2 fois plus élevés en Sierra Leone et 2,5 fois plus élevés au Liberia.

Dans un rapport (en anglais) publié fin septembre, des experts des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) d'Atlanta (Géorgie, Etats-Unis) craignaient un très grand nombre de cas non déclarés. Selon eux, il faut multiplier les chiffres officiels par 2,5 pour tenir compte de cette situation. Ils estiment qu'en comptant la part de malades non déclarés, le Liberia et la Sierra Leone pourraient cumuler 1,4 million de cas d'ici au 20 janvier 2015. Soit 550 000 cas officiels, sachant que sept personnes infectées sur dix meurent. Des chiffres confirmés par les derniers bilans effectués au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée.

Les prévisions sont alarmistes

Dans le même temps, l'Organisation mondiale de la santé indique un autre chiffre inquiétant pour l'Afrique de l'Ouest. D'après le directeur général adjoint de l'OMS, on peut s'attendre à "5 000 à 10 000 nouveaux cas d'Ebola par semaine en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone" en décembre.

Pour se rendre compte de la croissance exponentielle de la maladie, apparue en février au Liberia, francetv info a compilé le nombre de cas relevés depuis le mois de mars (date des premiers décomptes) dans une image animée.