Cette protéine qui traduit la présence du VIH dans des cellules réservoirs

Chez des personnes infectées par le VIH placées sous trithérapie, le virus se tapit dans des cellules dites "réservoirs". Des chercheurs français ont identifié une protéine spécifiquement exprimée à la surface d’au moins une partie des cellules sanguines réservoirs infectées. Une étape indispensable avant d’envisager d’assiéger ces bunkers cellulaires…

Mis à jour le
publié le

Le virus de l'immunodéficience humaine (VIH), qui devient indétectable dans l'organisme après plusieurs mois de traitement antiviral, ressurgit presque inévitablement peu après l'arrêt du traitement. En attendant son heure, le virus se dissimule. Une petite proportion de cellules du système immunitaire, des globules blancs dans la catégorie de ceux appelés lymphocytes TCD4, abritent le virus "dormant" et lui permettent de ressurgir et de proliférer après l'arrêt du traitement. Mais dans lesquelles ?

Dans les tests réalisés in vitro à partir du sang des patients infecté par le VIH, les chercheurs ont réussi à repérer une protéine, baptisée "CD32a", à la surface de nombreux TCD4 réservoirs pour le virus. Si seule la moitié les TCD4 réservoirs ne présentent pas CD32a, la protéine est absente de toutes les cellules saines étudiées.

Si ces travaux (publiés ce 15 mars dans la revue scientifique Nature) venaient à être confirmés, ils ouvriraient la voie "à une meilleure connaissance fondamentale des réservoirs viraux", comme le souligne dans un communiqué le CNRS. "A plus long terme, [cette découverte] devrait déboucher sur des stratégies thérapeutiques visant à éliminer de l’organisme le virus latent", ajoute l'organisme de recherche.

Selon Douglas Richman, chercheur sur le VIH de l'Université de Californie à San Diego - qui n'a pas pris part à l'étude - il reste à déterminer si la protéine CD32a est un bon marqueur pour les lymphocytes T CD4 qui se trouvent ailleurs que dans le sang (dans les ganglions lymphatiques, la moelle osseuse, l'intestin et d'autres tissus) et qui pourraient contenir également des réservoirs.

Étude : CD32a is a marker of CD4 T cell HIV reservoir harboring replication-competent provirus. B. Descours, et al. Nature, 15 mars 2017. doi:10.1038/nature21710