Alzheimer : une hormone améliore la mémoire à long terme

Des chercheurs ont montré l'efficacité chez des souris d'une hormone qui booste les capacités cognitives et empêchent le développement de maladies neurologiques dégénératives même après une seule injection. Cette étude publiée dans la revue Cell Reports est porteuse d'espoir pour des traitements contre la maladie d'Alzheimer ou de Parkinson. 

Mis à jour le
publié le

Des chercheurs américains ont découvert que l'hormone Klotho a inversé des déficits cognitifs et moteurs chez de jeunes et de vieilles souris souffrant de neuropathologies. Ils ont également constaté que ces effest ont persisté parfois pendant des semaines. Leur étude a été publiée le 8 août dans la revue Cell Reports

Un traitement qui reste à tester chez les humains

"Ces résultats suggèrent qu'un traitement avec un fragment de Klotho peut améliorer les fonctions cérébrales tout au long de la vie et pourrait représenter une nouvelle stratégie thérapeutique contre des maladies comme Alzheimer et Parkinson", aujourd'hui incurables, estime Dena Dubal, professeure adjointe de neurologie et doyenne de la chaire du vieillissement et des maladies neurodégénératives à l'université de Californie à San Francisco.

"Avec le vieillissement démographique, les dysfonctionnements cognitifs et le manque de mobilité représentent désormais nos plus grands défis biomédicaux contre lesquels il n'existe pas vraiment de traitements efficaces", pointe-t-elle. Mais des études cliniques sont nécessaires pour déterminer l'innocuité et l'efficacité de l'hormone Klotho chez les humains, préviennent les chercheurs.

Améliorer la cognition et empêcher des dysfonctionnements cérébraux

L'organisme produit naturellement des niveaux élevés de cette hormone, une protéine qui régule de multiples processus cellulaires et est liée à un allongement de la vie des vers, des souris et des humains, notent-ils. Mais la quantité diminue avec l'âge, le stress chronique, le vieillissement cérébral et les maladies neurodégénératives.

De récentes études menées par Mme Dubal ont montré que l'exposition de souris génétiquement modifiées à des niveaux élevés de Klotho pendant toute leur vie améliorait leur cognition normale et empêchait des dysfonctionnements cérébraux chez des souris ayant l'équivalent de la maladie d'Alzheimer.

Un traitement même bref produit des effets cognitifs bénéfiques

L'étude montre également qu'un traitement bref pouvait rapidement doper les fonctions mentales, expliquent les scientifiques, qui ont injecté aux souris des fragments de Klotho ressemblant à ceux secrétés naturellement. Les jeunes rongeurs traités pendant quatre jours ont montré une amélioration notable et durable de leur mémoire spatiale et de travail, des effets qui ont persisté au moins deux semaines après le traitement. Une seule injection chez de vieilles souris a également amélioré leur mémoire spatiale et de travail deux jours plus tard.

D'autres expériences ont montré que cette hormone avait contré pendant plusieurs jours des déficits moteurs et cognitifs chez des souris génétiquement modifiées pour produire de hauts niveaux d'une protéine contribuant à la maladie d'Alzheimer et de Parkinson.