Allergies et rhume des foins : "Il n'est pas trop tard pour consulter"

Sophie Silcret-Grieu, médecin allergologue, a expliqué, dimanche sur franceinfo, que le printemps est un peu plus précoce cette année, justifiant l'apparition de symptômes chez les personnes allergiques depuis une quinzaine de jours.

Les pollens d\'arbres ont déjà fait leur retour (Photo d\'illustration)
Les pollens d'arbres ont déjà fait leur retour (Photo d'illustration) (CHROMORANGE / MAXPPP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

L'hiver touche à sa fin et les allergies font leur retour. Celles aux pollens ont démarré depuis quinze jours en France, a expliqué le médecin allergologue, Sophie Silcret-Grieu, dimanche 12 mars sur franceinfo. Selon la spécialiste, le printemps est un peu plus précoce que l'an passé. Des patients défilent déjà depuis deux semaines pour des allergies. Il est donc trop tard pour se faire désensibiliser mais pas pour consulter et "traiter les symptômes".

franceinfo : Quels types de pollen font actuellement leur retour ?

Sophie Silcret-Grieu : En ce moment, on est dans les pollens d'arbres. Il y a trois familles de pollens qui se succèdent dans l'année. Les plus précoces, ceux que l'on a en ce moment, ce sont les pollens d'arbres. Ils sont responsables des premiers rhumes des foins. À partir du mois de mai, les pollens de graminées vont arriver. La grosse saison pollinique s'étend de mai à juillet-août. Enfin, les pollens d'herbacées sont la troisième famille de pollens. Ils arrivent dans l'atmosphère en fin d'été, de juillet à septembre. Ça veut dire que les malheureux allergiques aux trois familles de pollens sont malades de février à septembre.

Les patients les plus sensibles sont déjà touchés depuis 15 jours. Est-ce un peu plus tôt que d'habitude ?

Le printemps est un peu précoce cette année. Les pollens d'arbres sont présents depuis une quinzaine de jours dans le nord de la France. La famille du bouleau est celle la plus allergisante d'arbres dans le nord de la France. Nous voyons déjà les patients les plus sensibles venir consulter depuis une quinzaine de jours. Dans le sud de la France, on a battu des record de beau temps et en même temps ce sont des records de pollens. Ils ont une allergie au cyprès qui est très très pénible en ce moment dans cette zone là.

Le nombre de personnes sensibles à ces allergies augmente-t-il ?

Incontestablement. On a une explosion du nombre d'allergiques. Nous sommes passés de 5% à 30% de la population en trois décennies. C'est énorme. Nous sommes débordés. Les gens doivent attendre jusqu'à trois mois pour avoir un rendez-vous.

Est-il trop tard pour se faire désensibiliser ?

Il est trop tard pour ce qui est de l'allergie au pollen. Par définition, la désensibilisation consiste à habituer progressivement le corps à tolérer un pollen. Pour se faire désensibiliser aux pollens d'arbres, il faut commencer en novembre. Pour les pollens de graminées, qui commencent un peu plus tard, c'est limite. Ce sont les derniers moments. Il faut voir au cas par cas. En revanche, il n'est pas trop tard pour consulter. Il ne faut pas rester avec des symptômes allergiques. Si on ne peut pas désensibiliser, on peut soulager, on peut traiter. Il est donc extrêmement important de consulter un allergologue, d'une part pour avoir un diagnostic, d'autre part pour traiter les symptômes et éviter qu'ils ne s'aggravent. On a une vision du rhume des foins un peu légère sauf que les symptômes peuvent s'aggraver et aller jusqu'à l'asthme.

"On a une vision du rhume des foins un peu légère sauf que les symptômes peuvent s'aggraver et aller jusqu'à l'asthme", Sophie Silcret-Grieu

00:00-00:00

audio
vidéo