La Réunion : au moins 75 personnes victimes d'intoxication alimentaire

Des plats préparés par un prestataire de service, fournissant une maison de retraites, sont soupçonnés d'avoir été contaminés.

Les premiers cas d'intoxication ont été signalés jeudi après-midi dans deux foyers d'accueil médicalisé de la Saline les Bains et de Saint-Gilles les Bains (ouest de La Réunion).
Les premiers cas d'intoxication ont été signalés jeudi après-midi dans deux foyers d'accueil médicalisé de la Saline les Bains et de Saint-Gilles les Bains (ouest de La Réunion). (Réunion 1ère)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

L’Agence Régionale de Santé (ARS) a lancé une enquête sur l'île de la Réunion, vendredi 19 février, pour déterminer l'origine de l'intoxication alimentaire dont ont été victimes au moins 75 personnes. Elles avaient consommé des repas préparés par une entreprise de restauration collective, a révélé la préfecture et des services de secours. Parmi les 75 personnes, une dizaine d'entre-elles a été dirigée vers les urgences. L'état de santé des malades n'inspirent plus d'inquiétude depuis. 

Les premiers cas d'intoxication ont été signalés jeudi après-midi dans deux foyers d'accueil médicalisé de la Saline les Bains et de Saint-Gilles les Bains (ouest de La Réunion), précise La 1ère. Peu après le déjeuner, une quarantaine de personnes, des adultes et des enfants, ont été atteintes de maux de tête, de vomissements et de diarrhées. Une trentaine de pompiers a été mobilisée pour porter secours aux malades. 

L'activité du fournisseurs de repas suspendue

L'agence régionale de santé de l'océan Indien (ARS-OI) a effectué jeudi des prélèvements sur les restes de repas préparés par un prestataire de service spécialisés dans la restauration collective, ainsi que dans ses locaux. Et vendredi matin, 35 nouveaux cas d'intoxication étaient signalés dans deux centres de formation des apprentis (CFA) de Sainte-Clotilde (nord de l'île) et du Port (ouest de l'île). Les personnes, dont des apprentis logés dans les internats des CFA, étaient à leur tour atteintes de vomissements et de diarrhées. La veille, les malades avaient consommé au dîner des repas préparés par le même prestataire de service. 

Le préfet a pris un arrêté "suspendant immédiatement l'activité de la cuisine de l'entreprise, c'est-à-dire la fabrication et la livraison de repas". Le fabriquant a aussi obligation de rappeler et détruire tous les produits livrés les 17, 18 e 19 février, de désinfecter ses locaux et de "faire procéder à une visite médicale du personnel de production afin de confirmer leur aptitude à la préparation de repas."