Garde d'enfants : une aide supplémentaire de 138 euros par mois pour les familles les plus pauvres

La ministre de la Santé a précisé que cette augmentation de l'allocation destinée à la garde d'enfants s'ajouterait à d'autres mesures à destination des familles en grande difficulté. 

A l\'augmentation de l\'allocation destinée à la garde d\'enfant s\'ajouteront notamment \"des mesures autour du complément familial majoré\".
A l'augmentation de l'allocation destinée à la garde d'enfant s'ajouteront notamment "des mesures autour du complément familial majoré". (ALKIS KONSTANTINIDIS / X03368)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La mesure cible les familles en grande difficulté. Invitée de BFMTV mardi 26 septembre, Agnès Buzyn a annoncé une hausse de l'allocation de garde d'enfants pour les familles les plus pauvres : "Ce sera plus 138 euros par mois pour accéder à une garde d'enfant pour ces familles en grande difficulté", a déclaré la ministre de la Santé, évoquant une augmentation "de 30%"

"Ce sera une augmentation de plus de 130 euros pour certaines familles, pour aller à un global de 600 euros d'aide donnée à ces familles monoparentales. [C'est] plus 138 euros par mois pour accéder à une garde d'enfant pour ces familles en grande difficulté", a-t-elle détaillé.

Sans accès aux crèches, pas d'accès à l'emploi

"Aujourd'hui, il y a trois millions d'enfants par mois qui vivent en dessous du seuil de pauvreté, beaucoup d'entre eux vivent dans des familles monoparentales", a souligné Agnès Buzyn, en expliquant que ces familles ont des difficultés d'accès aux crèches et de ce fait, parfois aussi,à l'emploi.

La ministre a expliqué que cette augmentation de l'allocation destinée à la garde d'enfants s'ajouterait à "des mesures autour du complément familial majoré, autour de l'allocation de soutien familial, qui va être revalorisée au-dessus de l'inflation", ainsi qu'au "dégel" des "primes de naissance", qui seront adossées à l'inflation.