500 000 personnes seraient mortes du cancer entre 2008 et 2010 à cause de la crise économique

Selon une étude publiée dans "The Lancet", la hausse du chômage et les coupes budgétaires dans les services de santé sont responsables de cette surmortalité.

Une infirmière traite un patient atteint d\'un cancer à l\'hôpital Gustave-Roussy, à Villejuif (Val-de-Marne), le 8 août 2007.
Une infirmière traite un patient atteint d'un cancer à l'hôpital Gustave-Roussy, à Villejuif (Val-de-Marne), le 8 août 2007. (RAGUET H. / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

La crise économique a-t-elle eu des effets sur notre santé ? Selon une étude publiée jeudi 26 mai par la revue scientifique britannique The Lancet (en anglais), la crise économique de 2008 pourrait être responsable de la mort par cancer d'un demi-million de personnes, dans le monde entier, entre 2008 et 2010.

Si l'étude ne démontre pas de lien de cause à effet direct, elle constate que le chômage et la mortalité du cancer ont évolué de manière simultanée. Des résultats qui montrent "l'importance d'un accès aux soins" et les effets concrets des coupes dans les dépenses de santé, selon les chercheurs.

Une surmortalité liée au chômage

L'étude dénombre 260 000 morts du cancer supplémentaires dans les pays de l'OCDE, dont 160 000 dans l'Union européenne. Les chercheurs ont étudié, dans plus de 70 pays, les liens statistiques entre le nombre de morts du cancer, le taux de chômage et les coupes budgétaires dans la santé.

"Nous avons découvert que la hausse du chômage était associée à une augmentation de la mortalité par cancer", avance Mahiben Maruthappu, professeur de l'Imperial College de Londres (Royaume-Uni), qui a dirigé l'étude. Mais un bonne couverture de santé protège normalement la population contre ces effets. En revanche, quand des économies ont été faites dans les services de santé, la mortalité a augmenté.

1 500 morts supplémentaires en France

Cet effet est particulièrement prononcé au sujet des cancers "que l'on peut traiter", ceux dont le taux de survie dépasse les 50%, notent les chercheurs. "Dans les pays où il n'existe pas de couverture sociale générale, l'accès aux soins dépend souvent du contrat de travail. Sans emploi, les patients sont probablement diagnostiqués tardivement et bénéficient d'un mauvais traitement ou avec retard", explique un chercheur d'Harvard.

En France, l'étude comptabilise 1 500 morts supplémentaires liés à la crise entre 2008 et 2010. "Le cancer est la cause principale des décès dans le monde", rappelle Mahiben Maruthappu. En 2012, il a causé la mort de 8,2 millions de personnes. En mars, une autre étude de l'Inserm estimait que le chômage tuait entre 10 000 et 20 000 personnes en France, chaque année.