Mort de trois patients à Nantes : un médicament était en rupture de stock

Après la mort suspecte de trois patients à l'hôpital de Nantes (loire-Atlantique), Jean-Daniel Flaysakier explique pourquoi certains médicaments manquent parfois dans les stocks.

Voir la vidéo
France 2
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

C'est un événement rare survenu en fin de semaine au CHU de Nantes (Loire-Atlantique) : trois patients sont décédés, un quatrième est sous surveillance, pour des complications cardiaques sévères. Que s'est-il passé ? "Le protocole utilisé à Nantes pour le remplacement d'un médicament est un protocole survalidé depuis 20 ans", explique Jean-Daniel Flaysakier, qui précise : "Les médecins voulaient utiliser un médicament, mais il n'y en avait pas suffisamment en stock. C'est un médicament fabriqué dans un seul laboratoire en Italie".

Ça peut se reproduire

Le problème, c'est que ce n'est pas un cas isolé. D'autres médicaments connaissent le même problème, car "des groupes financiers ont racheté des médicaments génériques et font des bénéfices pouvant aller jusqu'à 500% du prix original. Si on ne réagit, des histoires comme ça vont se reproduire", ajoute le médecin.

 

Le JT
Les autres sujets du JT
Jean-Daniel Flaysakier sur France 2, le 15 janvier 2016.
Jean-Daniel Flaysakier sur France 2, le 15 janvier 2016. (FRANCE 2)