Six chiffres pour comprendre où et comment naissent les Français

La réduction du nombre de maternités oblige les femmes à accoucher en dehors de leur commune de résidence selon l’Insee, même si la moitié des femmes ne met que 17 minutes ou moins à rejoindre sa maternité.

Mis à jour le
publié le

L’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a publié mercredi une étude dressant le tableau des naissances en France en 2016. Résultat : l’institut observe une forte concentration des naissances dans un petit nombre de communes, expliquée par la concentration des maternités.

4 sur 5 : Les 200 communes françaises enregistrant le plus grand nombre de naissances voient naître près de quatre bébés sur cinq (79%). Paris est la commune où le nombre de naissances est le plus élevé avec 42.000 naissances déclarées en 2016, puis viennent Toulouse (15.000 naissances), Marseille (14.000) et Lyon (10.000).

2.800 : Seules 2.800 communes, sur 35.900, ont vu naître un des 784.000 bébés nés en 2016 et 500 d'entre elles regroupent la quasi-totalité de ces naissances (99,6%), conséquence de la fermeture de près des deux-tiers des maternités en 40 ans. 2.200 de ces communes n’ont vu naître qu'un ou deux enfants dans l'année.

30% : Du fait de la concentration des maternités, seuls trois bébés sur dix sont en outre nés dans la commune où habite leur mère. Il reste néanmoins rare qu'ils naissent en dehors du département de résidence (13%).

17 minutes : Suite à la réduction du nombres de maternités, la taille des structures restantes a augmenté et le temps d'accès médian observé pour s'y rendre est resté stable : la moitié des femmes met moins de 17 minutes pour aller accoucher.

518 : La fermeture de près des deux-tiers des maternités entre 1975 et 2014, dont le nombre est passé de 1.369 en France métropolitaine à 518, a entraîné une baisse de 6% du nombre de naissances dans les communes de moins de 10.000 habitants (15% en 1975 et 9% en 2016). Ces naissances se sont notamment répercutées dans les structures hospitalières des communes de plus de 50.000 habitants (44% des naissances en 1975 contre 50% en 2016).

0,6% : Les accouchements hors d'un hôpital ou d'une maternité sont restés rares: 5.000 naissances en 2016, soit 0,6%. Dans neuf cas sur dix, les mères ont alors bénéficié de l'assistance d'un médecin ou d'une sage-femme. Ils ont plus souvent lieu dans les petites agglomérations. Accouchement à domicile ou impromptu ? Il n'est pas possible de les distinguer, précise l'Insee.

Avec AFP