Essai thérapeutique à Rennes : beaucoup de questions autour du drame

Au lendemain de la mort d'un premier patient, trois enquêtes sont menées sur l'accident lors d'un essai thérapeutique. Et les questions sont nombreuses. Le décryptage de France 2.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

Hier, dimanche 17 janvier, un patient est décédé à Rennes (Ille-et-Vilaine), victime d'un accident lors d'un essai thérapeutique. Cinq autres personnes sont toujours hospitalisées. Trois enquêtes, dont une judiciaire, sont en cours.

Aujourd'hui, une polémique voit le jour sur l'attitude du laboratoire Biotrial qui dirigeait l'essai. A-t-il lancé l'alerte sanitaire trop tard ? Le patient décédé fut hospitalisé en urgence dimanche 10 janvier, mais les pouvoirs publics n'ont été prévenus que le 14. "Face à un événement aussi grave, on attendait du laboratoire qu'il se manifeste plus rapidement auprès des autorités sanitaires", a déclaré ce matin à RTL Marisol Touraine, ministre de la Santé. D'après les premiers éléments de l'enquête, les médecins ont d'abord soupçonné un AVC avant de faire un lien entre l'état de santé du patient et l'essai. Légalement, le laboratoire a sept jours pour prévenir d'un essai indésirable grave.

Un puzzle européen

On s'interroge aussi sur le protocole pratiqué. Par le passé, un essai était pratiqué sur un petit groupe et les doses étaient augmentées très progressivement. Dans un secteur concurrentiel, les pratiques ont changé. Les laboratoires ont tendance à administrer à certains groupes "d'emblée une dose assez élevée sans avoir été testés sur des doses plus faibles", explique à France 2 Bernard Bégaud, pharmacologue.

Enfin, y avait-il trop d'intervenants pour fabriquer la molécule ? Le laboratoire promoteur de l'essai est portugais, le principe actif vient de Hongrie, le médicament a été fabriqué en Italie et les essais ont été pratiqués en France. Un tel puzzle est néanmoins courant, et les pays européens respectent une réglementation unifiée.

Le JT
Les autres sujets du JT
La laboratoire Biotrial à Rennes (Ile-et-Vilaine), le 15 janvier 2016.
La laboratoire Biotrial à Rennes (Ile-et-Vilaine), le 15 janvier 2016. (MAXPPP)