Plus de 6 millions de personnes sont mortes à cause du tabac en 2015

Si le nombre de fumeurs baisse dans certains pays, il continue d'augmenter au niveau mondial en raison de la politique agressive des fabricants de cigarettes, en particulier dans les pays en développement.

Un fumeur écrase sa cigarette dans une station de métro de Shanghai (Chine), le 28 février 2017.
Un fumeur écrase sa cigarette dans une station de métro de Shanghai (Chine), le 28 février 2017. (JOHANNES EISELE / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La cigarette continue de tuer. Le nombre de décès attribués au tabac a augmenté de 4,7% entre 1990 et 2015, selon une étude publiée jeudi 6 avril dans la revue médicale The Lancet (en anglais). Au total, le tabagisme a provoqué la mort de plus de 6,4 millions de personnes en 2015, précise le rapport Global Burden of Diseases, établi par un consortium de centaines de scientifiques.

En 2015, un homme sur quatre et une femme sur 20 fumaient chaque jour. Il s'agit d'une baisse significative de la proportion de fumeurs quotidiens par rapport à 1990, où un homme sur trois et une femme sur 12 fumaient chaque jour. Certains pays ont même connu une forte réduction du tabagisme, grâce à une combinaison de taxes plus élevées, de campagnes d'éducation, d'avertissements et de programmes d'aide à l'arrêt du tabac.

Plus de 930 millions de fumeurs dans le monde

Mais le nombre global de consommateurs de tabac est passé de 870 millions en 1990 à plus de 930 millions en 2015, en raison de la croissance démographique mondiale. La mortalité pourrait augmenter encore plus, car les principales compagnies de tabac visent de manière agressive de nouveaux marchés, en particulier dans les pays en développement. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le nombre d'hommes et de femmes fumeurs en Afrique subsaharienne augmentera ainsi de 50% entre 2010 et 2025.

Le tabagisme provoque un décès sur dix dans le monde, dont la moitié dans seulement quatre pays : la Chine, l'Inde, les Etats-Unis et la Russie. "Le tabagisme reste le deuxième facteur de risque de décès précoce et d'invalidité", après l'hypertension artérielle, rappelle l'auteure principale de l'étude, Emmanuela Gakidou, chercheuse à l'université de Washington.

La mortalité dans les pays à revenu faible et intermédiaire sera probablement "énorme" dans les années à venir, note un spécialiste britannique, John Britton, dans The Lancet. Selon cet expert, la moitié des fumeurs quotidiens de la planète, soit un demi-milliard de personnes, risquent de mourir prématurément. A moins qu'ils ne fassent une croix sur la cigarette.