Le prix du tabac ne flambera qu'à partir du 13 novembre

Le prix moyen d'un paquet de cigarettes atteindra 7,10 euros (contre 6,50 euros aujourd'hui) à partir du 13 novembre, selon "Le Parisien". Cette hausse était à l'origine prévue une semaine plus tôt. 

Une personne tenant des paquets de cigarettes dans un bureau de tabac à Vertou (Loire-Atlantique), le 27 décembre 2016. 
Une personne tenant des paquets de cigarettes dans un bureau de tabac à Vertou (Loire-Atlantique), le 27 décembre 2016.  (LOIC VENANCE / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La date de la prochaine augmentation du prix du tabac est désormais connue. Le paquet de cigarettes coûtera en moyenne 7,10 euros à partir du 13 novembre, contre environ 6,50 euros aujourd'hui, rapporte Le Parisien. Le quotidien précise que cette hausse était initialement prévue pour le lundi 6 novembre. 

Cette hausse du prix moyen d'un paquet est due à l'augmentation du "minimum de perception", une forme de taxe demandée par l'Etat aux fabricants de tabac. Elle vise ainsi à atteindre un prix moyen de 7,10 euros pour un paquet de cigarettes, soit une augmentation de 60 centimes par rapport au coût actuel. L'objectif est ensuite d'arriver à un coût de 10 euros par paquet en 2020, a annoncé la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, en septembre. 

Six hausses d'ici à la fin 2020

La ministre prévoit pour cela six hausses successives du coût du tabac, rappelle Europe 1. Le prix d'un paquet de cigarettes atteindra 8 euros dans moins de six mois, en mars 2018. Ce coût augmentera ensuite de 50 centimes d'euros en avril, puis en novembre 2019. Une nouvelle hausse de 50 centimes d'euros aura lieu en avril 2020, avant une dernière augmentation de 40 centimes en novembre 2020, rappelle Europe 1. 

"C’est une hausse en trois ans, ce qui était mon souhait. Ça permet aux gens de se préparer et de trouver les moyens d’arrêter de fumer, a déclaré Agnès Buzyn au micro d'Europe 1, mercredi 20 septembre. C’est un calendrier qui permet à chacun de se mettre dans la perspective de l’arrêt."