Hollywood organise le casting pour l'industrie du tabac

Scènes mythiques, répliques cultes, stars emblématiques : le cinéma fascine et modèle nos comportements de façon significative. Selon une série d'études synthétisées par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), plus d'un adolescent fumeur sur quatre admet s'être mis à la cigarette par mimétisme avec un personnage de film. D'où une proposition choc : interdire les films "fumeurs" aux moins de 18 ans.

Mis à jour le , publié le

Le sujet n'a rien de trivial pour l'OMS, qui lui consacre un troisième rapport en sept ans : le cinéma présente le tabac sous un jour séduisant, et participe au recrutement de millions de jeunes pour l'industrie du tabac.

Les études citées en référence dans le rapport[1] permettent notamment d'estimer entre 25% et 52% la part des adolescents étasuniens qui ont commencé à fumer "en suivant l'exemple donné dans un film". Les services sanitaires de ce pays (Centers for Disease Control and Prevention) estiment qu'en 2014, "l’exposition à la consommation de tabac dans les films aurait incité plus de six millions d’enfants à devenir fumeurs". L'OMS enfonce le clou, en rappelant que deux millions d'entre eux décéderont de maladies liées au tabac.

Ces données sont confirmées pour de nombreux pays[2], tels que le Mexique ou le Royaume-Uni. En Inde, Bollywood serait le principal vecteur de recrutement de nouveaux consommateurs de tabac[3].

"La consommation de tabac dans les films peut constituer une forme efficace de promotion des produits du tabac", explique le Dr Douglas Bettcher, directeur du département "Prévention des maladies non transmissibles" de l'OMS. "Or, le droit international impose aux 180 Parties à la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac d’interdire la publicité en faveur du tabac, la promotion et le parrainage".

L'OMS juge que "la classification des films comportant des scènes de consommation de tabac et la diffusion préalable d’avertissements antitabac" pourraient empêcher "les enfants du monde entier de découvrir ces produits, de sombrer dans l’addiction tabagique et de connaître le handicap et la mort qui lui sont associés". Le rapport recommande également "d’interdire toute subvention publique aux productions médiatiques faisant la promotion de la consommation de tabac".

L'une des plus hautes autorités sanitaires nord-américaines, le corps de la santé publique (The Surgeon General), juge que classer les films comportant des scènes de tabagisme comme des œuvres "pour adultes" permettrait de réduire de près d'un cinquième le taux de tabagisme des jeunes aux Etats-Unis.


[1] Voir notamment :

  • Effect of seeing tobacco use in films on trying smoking among adolescents: cross sectional study. J.D. Sargent et al. BMJ 2001;323:1394–7. 

  • Exposuretomovie smoking: its relation to smoking initiation among US adolescents. J.D. Sargent et al. Pediatrics 2005;116:1183–91. 

  • Smoking in movies and increased smoking among young adults. A.V. Song et al. Am J Prev Med 2007;33:396–403. 


[2] Voir notamment :

  • Smoking in movies and adolescent smoking: cross-cultural study in six European countries. M. Morgenstern et al. Thorax 2011;66:875–83. 

  • Exposure to smoking in films an down smoking among Scottish adolescents: a cross-sectional study. K. Hunt et al. Thorax 2011
  • Cross-sectional association between smoking depictions in films and adolescent tobacco use nested in a British cohort study. A.E. Waylen et al. Thorax 2011
  • Exposure to smoking in popular contemporary movies and youth smoking in Germany. R. Hanewinkel et al. Am J Prev Med 2007
  • Exposure to smoking imagery in popular films and adolescent smoking in Mexico. J.F. Thrasher et al. Am J Prev Med 2008

[3] Voir : Tobacco use in Bollywood movies, tobacco promotional activities and their association with tobacco use among Indian adolescents. M. Arora M et al. Tob Control 2012;21:482–7.