Cigarettes : enquête sur un trafic

27% des cigarettes consommées en France ne sont pas achetées chez les buralistes. L'augmentation du prix du tabac pousse un certain nombre de consommateurs à s'approvisionner via un commerce illégal.

Voir la vidéo
France 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

C'est le royaume de la cigarette, une ville transformée en bureaux de tabac géant, tous ouverts sept jours sur sept, certains même la nuit. Bienvenue à Quiévrain, en Belgique, juste de l'autre côté de la frontière avec la France. À l'intérieur, des seaux entiers de tabac et dans les rayons, les clients viennent tous du même pays. Des Français, comme ce jeune couple d'étudiants. Ils viennent tous les mois.

Pour l'usage personnel, pas pour la revente

Sept euros le paquet en France, cinq euros ici. Côté français, les buralistes n'ont aucun moyen de lutter. En dix ans, le chiffre d'affaires de ce buraliste a été divisé par deux, faute de clients. Car aucune loi n'interdit aux Français d'acheter leurs cigarettes en Belgique pour leur usage personnel, pas pour la revente. En France, selon une étude, plus d'une cigarette consommée sur six provient de la contrebande. Et ce n'est pas difficile de s'en procurer. À Toulouse (Haute-Garonne), il nous faut moins de cinq minutes pour trouver un revendeur.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un bureau de tabac de Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 5 janvier 2017.
Un bureau de tabac de Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 5 janvier 2017. (MAXPPP)