Des substances nocives dans les cosmétiques pour bébés

Une ONG, WECF, a testé 341 produits cosmétiques pour bébé. L'étude révèle pour 299 de ces produits la présence d'ingrédients qui présentent un "risque élevé", des allergènes ou des perturbateurs endocriniens, nocifs à court ou à long terme pour la santé.

(299 produits sont concernés, vendus aussi en pharmacie ou dans les magasins bio © MaxPPP)
Radio France

Mis à jour le
publié le

"Une peau de bébé" : expression plutôt flatteuse qui sent bon la douceur et la bonne santé. Pourtant, sans le vouloir, la majorité des parents infligerait aux plus jeunes enfants des produits toxiques. C'est le résultat d'une étude qui parait ce lundi. L'ONG WECF (Women in Europe for a Common Future), qui regroupe 150 associations de femmes engagées dans le développement durable, nous apprend que les cosmétiques pour bébé sont pleins de substances dangereuses pour la peau de nos chers bambins.

299 produits concernés

341 produits ont été passés au crible, et parmi eux, 299 sont composés d'ingrédients qui présentent un "risque élevé" pour les bébés. Cela concerne dans la plupart des cas la peau, les produits pouvant être la cause d'allergies.

Attention, il faut se méfier de la bonne odeur de bébé : l'ONG a repéré 226 articles, donc les deux-tiers, dans lequels les parfums sont des allergènes potentiels. Il y a aussi les conséquences à long terme, sur la reproduction : un conservateur suspect, le phénoxyéthanol, a été repéré dans 54 produits dont 26 lingettes. La peau de bébé reste très perméable à toutes ces substances.

Pas de noms de marques communiqués

L'organisation ne donne pour le moment pas de noms de marques. Il est fortement recommandé aux parents de scruter les étiquettes. Gare au MIT, un allergène, et au phénoxyéthanol soupçonné d'influencer la reproduction, ou encore à l'EDTA (ethylène diamine tétraacétique), produit moussant pour les shampoings, qui amuse les touts-petits mais peut aussi provoquer des allergies. Les produits incriminés ne sont pas commercialisés seulement dans les supermarchés, mais également dans les pharmacies et les magasins bio.