Dépakine : "La retirer du marché serait une catastrophe"

Selon le médecin Jean-Daniel Flaysakier, la dépakine est un médicament essentiel contre l'épilepsie, même s'il considère qu'il faut mieux encadrer sa prescription.

Voir la vidéo
France 2

Mis à jour le , publié le

Après la révélation d'un nouveau scandale sanitaire à propos de la dépakine, Jean-Daniel Flaysakier est sur le plateau de France 2. Est-il semblable au scandale du médiator ? "Absolument pas", répond le médecin. "Le médiator était un médicament dont on se demandait à quoi il servait alors que la dépakine est un médicament essentiel dans la prise en charge de l'épilepsie. C'est un médicament utile mais mal utilisé", poursuit-il.

Accompagner les malades

Depuis quelques années, on sait aussi qu'il provoque des malformations : "La prise de dépakine pendant la grossesse multiplie par trois le risque de malformations", ajoute le médecin. Que faire alors ? "Retirer la dépakine du marché serait une catastrophe", avance Jean-Daniel Flaysakier, qui précise : "On continue à donner ce médicament aux femmes enceintes quand tous les autres traitements ont échoué". Selon le médecin, il faut surtout mieux encadrer sa prescription et mieux accompagner les personnes qui en prennent.

 

Le JT
Les autres sujets du JT
La prise de l'antiépiléptique valproate (Dépakine et ses dérivés) par des femmes enceintes a entraîné au moins 450 malformations congénitales à la naissance, selon une estimation publiée mardi 23 février 2016 par l'Inspection générale des affaires sociale. 
La prise de l'antiépiléptique valproate (Dépakine et ses dérivés) par des femmes enceintes a entraîné au moins 450 malformations congénitales à la naissance, selon une estimation publiée mardi 23 février 2016 par l'Inspection générale des affaires sociale.  (GARO / PHANIE / AFP)