Mélanome : une piste prometteuse de vaccin contre la récidive

Un vaccin thérapeutique fait sur mesure pour les patients victimes de mélanome pourrait bientôt voir le jour. Il empêcherait les récidives. C'est en tout cas ce que laissent espérer les résultats de deux études.

Mis à jour le
publié le

"Des traitements personnalisés d'immunothérapie" pour lutter contre le mélanome pourraient être développés dans les prochaines années selon la revue Nature. Cancer agressif de la peau, le mélanome est traité notamment grâce à l’immunothérapie, un procédé qui consiste à doper le système immunitaire afin qu'il détruise les cellules métastatiques.

Deux études, publiées dans Nature, se sont concentrées sur la production d'un vaccin pour empêcher la récidive du mélanome. Contrairement à un vaccin classique, destiné à empêcher l'apparition d'une maladie, ces traitements serviraient à éviter que le mélanome réapparaisse chez des patients déjà touchés.

"En traitement adjuvant pour empêcher le cancer de revenir, on n'a pour l'instant rien ou presque à notre disposition", analyse le Dr Cristina Mateus, onco-dermatologue au Centre de traitement du cancer Gustave-Roussy de Villejuif. Si les résultats des études se confirmaient, cela représenterait effectivement un "grand pas" dans le domaine selon la spécialiste des cancers de la peau.

Des vaccins sur mesure

La première étude, américaine, ne porte que sur six patients. Un nombre réduit qui incite à la prudence. Tous avaient vu leurs tumeurs retirées par chirurgie et présentaient des risques très importants de récidive. Quatre n'ont montré aucun signe de rechute, 25 mois après la vaccination. Chez les deux autres, dont le cancer s'était étendu aux poumons, la maladie est réapparue malgré la vaccination. Ils ont alors été traités par une autre forme d'immunothérapie et leur tumeur a pu être résorbée.

Le vaccin en question est fabriqué sur mesure pour les patients. Les génomes de leurs tumeurs sont d'abord séquencés pour identifier les protéines mutantes, appelées néo-antigènes, uniques aux cellules du cancer. Ces protéines sont ensuite incorporées au vaccin pour provoquer une réaction immunitaire qui va combattre le cancer.

"Les chercheurs vont peu à peu trouver quels cancers sont adaptés à cette nouvelle approche et comment combiner au mieux ces vaccins avec les autres traitements", assure dans Nature le Dr Ugur Sahin, qui a dirigé la seconde étude.

Celle-ci s'est déroulée en Allemagne et a testé un vaccin sur treize patients. Huit d'entre eux n'ont pas vu leurs tumeurs réapparaître 23 mois après le traitement. Chez les cinq autres, une rechute a été observée avant même la vaccination. Parmi eux, deux ont répondu de manière positive à la vaccination et la tumeur d'un autre a disparu grâce à un traitement mêlant vaccination et anticorps.

Des résultats encourageants, qui demandent à être confirmés par des "essais cliniques impliquant davantage de participants pour juger de l’efficacité de ces vaccins", estime le Dr Cornelis Melief, interrogé par Nature.

Avec AFP