Des physiciens annoncent avoir détecté les ondes gravitationnelles d'Einstein

Selon la Fondation américaine des sciences, cette découverte est "comparable au moment où Galilée a pointé son téléscope vers le ciel".

Un employé travaille sur Virgo, le projet européen de détection des ondes gravitationnelles, le 10 février 2016, à Pise (Italie).
Un employé travaille sur Virgo, le projet européen de détection des ondes gravitationnelles, le 10 février 2016, à Pise (Italie). (FRESILLON CYRIL / CNRS / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

C'est une avancée majeure en physique. Des équipes internationales de chercheurs ont annoncé, jeudi 11 février, la première détection directe d'ondes gravitationnelles, ouvrant une nouvelle fenêtre sur l'univers et ses mystères. Ces ondes gravitationnelles ont été détectées aux Etats-Unis, le 14 septembre, par les deux instruments de l'observatoire Ligo, qui mesurent chacun quatre kilomètres.

"Cette avancée marque la naissance d'un domaine de l'astrophysique entièrement nouveau, comparable au moment où Galilée a pointé pour la première fois son télescope vers le ciel" au XVIIe siècle, a souligné la directrice de la Fondation nationale américaine des sciences, qui finance le laboratoire Ligo. 

Comme des ronds dans l'eau

Cette découverte, qui couronne plusieurs décennies d'efforts, confirme une prédiction effectuée par Albert Einstein dans sa théorie de la relativité générale, en 1915. Selon la théorie de la relativité générale, un couple de trous noirs en orbite l'un autour de l'autre perd de l'énergie, produisant des ondes gravitationnelles. Ce sont ces ondes qui ont été détectées en septembre.

Les ondes gravitationnelles sont produites par de légères perturbations subies par la trame de l'espace-temps sous l'effet du déplacement d'un objet de grande masse. Elles se propagent à la vitesse de la lumière et rien ne les arrête. Cette théorie avancée par Einstein pourrait s'apparenter à la déformation d'un filet dans lequel on pose un poids, le filet étant l'espace-temps, ou aux ronds dans l'eau quand on y jette un caillou.

Une aide pour "expliquer la formation des galaxies"

"Les premières applications que nous voyons maintenant sont pour les trous noirs, parce qu'ils n'émettent pas de lumière et nous n'aurions pas pu les voir sans les ondes gravitationnelles", selon le responsable du Ligo. De ce fait, "les ondes gravitationnelles peuvent aider à expliquer la formation des galaxies", avance-t-il.