Cancer du côlon : dès 50 ans, faites-vous dépister !

Le cancer colorectal fait chaque année en France 17.500 morts. Parce qu'il touche la sphère de l'intime, encore trop peu de gens osent se faire dépister. Mardi 1er mars, à l'occasion de la Journée de prévention et de dépistage du cancer colorectal, près de 500 gastroentérologues proposeront des consultations gratuites dans toute la France. 

France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Aujourd'hui, seuls 30% des Français se font dépister pour le cancer colorectal. Pourtant, avec 42.000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année, il est l'un des cancers les plus meurtriers. Si les populations à risque sont bien identifiées et surveillées, les nouveaux cas sont en majorité des personnes sans antécédents personnels ou familiaux. Souvent, ils ne présentent aucun symptôme.

Selon le Dr Philippe Le Bourgeois, gastroentérologue à l'hôpital Saint-Joesph à Paris, la majorité des personnes susceptibles de développer un cancer du côlon "sont tous ceux à partir de la cinquantaine. Le cancer proprement dit débute vers la soixantaine, statistiquement, mais déjà à partir de 50 ans, on peut avoir des prémices, ou ce qu'on appelle communément la 'graine du cancer' qui sont des polypes colorectaux".

Cancer colorectal, un cancer qui pourrait être évité

Ces polypes, s’ils sont retirés à temps, n’évolueront pas en tumeurs cancéreuses. D'où la nécessité de tests de dépistage réguliers, tous les deux ans dès l'âge de 50 ans. Un dépistage et une meilleure prévention permettraient d'éviter chaque année jusqu'à 10.000 nouveaux cas de cancers colorectaux. Le Dr Philippe Le Bourgeois explique : "la prévention comme toujours c'est formidable. Quand on dépiste un polype d'une certaine taille, on se dit dans deux ans, ou trois ans, cette personne aurait eu le cancer du côlon et on l'a prévenu".

Pris très précocement, le cancer du côlon peut être guéri dans neuf cas sur dix. Un nouveau test de dépistage, fiable et plus performant, est d’ailleurs disponible pour les plus de 50 ans. Très simple d'utilisation, il est à retirer chez son médecin et à réaliser chez soi.