Cancer : une clinique de Toulouse s'équipe d'une machine unique en France

La clinique Pasteur de Toulouse a investi dans une machine de radiothérapie unique pour soigner les tumeurs. Cette technologie de pointe permet de soigner des cancers inopérables et de cibler des tumeurs en mouvement. C'est le seul outil de ce type en France.

(Unique en France, la machine dont s'est équipée la clinique Pasteur permet de cibler les tumeurs mobiles. © Brainlab)
Radio France

Mis à jour le
publié le

La clinique Pasteur de Toulouse vient d’investir dans un appareil de radiothérapie de pointe pour soigner les cancers. Cette machine est beaucoup plus précise que les anciens outils. Il s’agit du premier appareil de radiothérapie stéréotaxique de ce genre en France.

Cibler les tumeurs en mouvement

Cette machine est particulièrement utile pour le traitement des petites métastases ou encore des tumeurs en mouvement (par exemple les tumeurs des poumons, qui bougent à cause de la respiration). Elle les cible et permet "d’épargner au maximum les tissus sains avoisinant cette tumeur ", selon le docteur Denis Franck, président de l’association française de cancérologie. La précision de cette machine permet aux soignants "d’augmenter les doses " et donc de diminuer le nombre de séances imposées aux patients.

"La machine permet surtout de soigner des cancers inopérables et de mieux cibler le traitement". Le reportage de Stéphane Iglesis, correspondant de France Info à Toulouse.
--'--
--'--

Cet appareil permet aussi de soigner des patients dont les tumeurs sont inopérables. D’après Olivier Gallocher, radiothérapeute oncologue à la clinique Pasteur, elle peut être utilisée "pour certaines métastases ou certaines lésions très mal placées, par exemple à côté de vaisseaux où la chirurgie sacrifierait des organes indispensables" . Le traitement est plus rapide qu’avec les autres appareils de radiothérapie et "on a un potentiel curatif presque équivalent à la chirurgie ", décrit Olivier Gallocher.

Cette technologie de pointe a coûté 5;5 millions d’euros. La clinique devrait être utilisée par les établissements publics et privés de la région Midi-Pyrénées.