APPEL A TEMOIGNAGES. Vous vivez dans un désert médical ? Racontez-nous vos difficultés

La plupart des jeunes diplômés préfèrent les villes, au risque de délaisser certains territoires. Le gouvernement dévoile un plan pour tenter de contrer le phénomène. Franceinfo souhaite recueillir vos témoignages.

Installé à Waldwisse depuis le 1er janvier 1978, le médecin Jean-Claude Courte dévisse finalement la plaque de son cabinet, à contre-cœur.
Installé à Waldwisse depuis le 1er janvier 1978, le médecin Jean-Claude Courte dévisse finalement la plaque de son cabinet, à contre-cœur. (FABIEN MAGNENOU / FRANCEINFO)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La France n'a jamais compté autant de médecins – près de 216 000 praticiens en activité recensés au 1er janvier 2017, un chiffre plutôt stable depuis dix ans (+0,9%) –, mais les déserts médicaux persistent, voire s'étendent. La profession, vieillissante, voit notamment ses effectifs décroître chez les généralistes (-9,1% de 2007 à 2017, soit 88 000) et la plupart des jeunes diplômés préfèrent s'installer en ville.

Un plan gouvernemental contre les déserts médicaux

Pour contrer ce phénomène, le Premier ministre Edouard Philippe et la ministre de la Santé Agnès Buzyn dévoilent, vendredi 13 octobre, à Châlus (Haute-Vienne) leur plan de lutte contre les déserts médicaux. La suppression du numerus clausus, qui limite le nombre de médecins formés, ne devrait pas être au programme, à la différence de la coopération entre professionnels.

En attendant de trouver les bonnes solutions, de nombreux patients sont contraints de couvrir plusieurs kilomètres pour se faire soigner. Avec quelles conséquences au quotidien ? Franceinfo vous propose de témoigner dans les commentaires de ce live. N'oubliez de préciser votre nom et un numéro de téléphone ou une adresse mail pour qu'on puisse vous recontacter si besoin