Rappel de millions de barres chocolatées : "Mars n'a apporté aucune réponse satisfaisante"

Face à l'ampleur de la procédure déclenché par le géant Mars, francetv info a tenté d'y voir plus clair en interrogeant Olivier Andrault, chargé de mission alimentaire chez UFC-Que Choisir.

Certaines barres chocolatées Mars, Snickers et Milky Way distribuées en France et plusieurs pays européens ne doivent pas être consommées, a annoncé, mardi 23 février 2016, le groupe Mars. 
Certaines barres chocolatées Mars, Snickers et Milky Way distribuées en France et plusieurs pays européens ne doivent pas être consommées, a annoncé, mardi 23 février 2016, le groupe Mars.  (FEDERICO GAMBARINI / DPA / AFP)
avatar
Propos recueillis parFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Des millions de barres chocolatées à retirer des rayons et des placards à cause d'un "petit bout de plastique". Le géant du chocolat Mars a ordonné, mardi 23 février, un vaste rappel de ses produits des marques Mars, Snickers et Celebrations, dans 55 pays dont la France.

"Nous voulons éviter que les clients qui ont acheté un de ces produits ne le consomment, justifie Mars Allemagne dans un communiqué. Nous avons délibérément choisi une plage de production très longue pour nous assurer que tous les produits potentiellement concernés seront rappelés." Francetv info a tenté d'y voir plus clair sur cette procédure en interrogeant Olivier Andrault, chargé de mission alimentaire chez UFC-Que Choisir.

Francetv info : Des millions de produits ont été rappelés dans 55 pays à ce jour. Faut-il être inquiet face à une telle mesure...

Olivier Andrault : C'est effectivement un rappel de très grande ampleur. C'est même assez exceptionnel. Ce qui demeure cependant rassurant pour les consommateurs, c'est qu'il ne s'agit pas d'un danger majeur nécessitant un retrait de produits sous la responsabilité des autorités. Les procédures de rappel, comme c'est le cas ici, sont sous la responsabilité du fabricant en fonction de son analyse de risque. Le groupe Mars a procédé comme la loi le lui impose.

Mars a évoqué "un incident isolé et strictement délimité" mais n'a pas donné d'autres informations. Est-ce normal ?

Hier, leur site internet n'était pas disponible. Aujourd'hui, nous ne tombons que sur une fiche d'information très réduite. Il y a beaucoup de questions qui demeurent à ce jour et le groupe Mars n'y a apporté aucune réponse satisfaisante. De quel type de plastique s'agit-il ? Quelle est la probabilité de tomber dessus ? Est-ce que cela concerne beaucoup de produits ou seulement quelques cas isolés ? Dans cette dernière hypothèse, ce serait de la part du fabricant une application à l'extrême du principe de précaution.

Les consommateurs pourront-ils se faire rembourser facilement ?

Voilà une autre question importante qui subsiste : quelles sont les modalités du retour ? On ne sait pas s'il faut s'adresser directement au groupe ou s'il est possible de rendre le produit au commerçant à qui on l'a acheté. On ne sait pas non plus comment se faire rembourser, sachant que sur ce type de produit, il y a fort à parier que les consommateurs n'ont pas gardé leur preuve d'achat.