Pâques : la filière de l’agneau repart à la hausse

Après des années de crise, les éleveurs français d’agneau retrouvent le sourire. France 3 est allée dans le Poitou-Charentes, principale région productrice d’agneaux en France.

Voir la vidéo
France 3
avatar
France 3France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Sur le marché de Poitiers (Vienne), l’agneau est sur tous les étals en ce week-end de Pâques. Chez ce boucher, il y a un agneau qui séduit particulièrement les clients : l’agneau du Poitou-Charentes. "Je l’ai choisi pour le coût écologique, ce n’est pas la peine qu’il arrive en avion, et puis pour soutenir les éleveurs locaux", explique une cliente.

La moitié de la viande importée

Avant d’arriver à la boucherie, les agneaux n’ont fait que quelques kilomètres. Ici, les agneaux doivent téter leur mère pendant trois mois. "Dans notre cahier des charges aujourd’hui, les brebis doivent pâturer minimum sept mois de l’année", détaille l’éleveur Daniel Gaillard. Il est presque un rescapé. Il s’est installé en 1982, juste avant que la crise ovine ne frappe. Les deux décennies qui ont suivi ont décimé la profession. Aujourd’hui encore, la France importe plus de la moitié de la viande ovine qu’elle consomme.

Le JT
Les autres sujets du JT
En novembre 2014, un agneau génétiquement modifié par l\'Inra s\'est retrouvé à l\'abattoir, avec d\'autres animaux non modifiés (photo d\'illustration).
En novembre 2014, un agneau génétiquement modifié par l'Inra s'est retrouvé à l'abattoir, avec d'autres animaux non modifiés (photo d'illustration). (HANNEKE LUIJTING / FLICKR RF / GETTY IMAGES)