Euthanasie : Jean Mercier, relaxé, ressent "plus qu'un grand soulagement"

Jean Mercier a été relaxé, jeudi 10 novembre par la cour d'appel de Lyon. L'homme de 88 ans avait aidé sa femme à mourir, en 2011.

Jean Mercier est relaxé.
Jean Mercier est relaxé. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)
avatar
Radio France

Mis à jour le
publié le

Après plusieurs années de bras de fer avec la justice, Jean Mercier a été relaxé jeudi 10 novembre par la cour d’appel de Lyon. Il y a cinq ans, cet homme de 88 ans avait fourni à sa femme les médicaments et le verre d’eau qui lui ont servi à mourir. Condamné en première instance en 2015 à un an de prison avec sursis pour non assistance à personne en danger, il a donc été finalement relaxé.

"Je suis plus que soulagé", Jean Mercier, relaxé après l'euthanasie de sa femme

00:00-00:00

audio
vidéo

"N'importe quel autre résultat m'indifférait totalement. Ce résultat-là me rend complètement fou, je suis plein d’émotions et je ne sais pas ce qui m’arrive", a réagi Jean Mercier au micro de France Bleu Saint-Étienne Loire. "C'est plus qu'un grand soulagement. Je disais que je me fichais du résultat, parce que je n’espérais pas celui-là !", a-t-il ajouté.

Une décision qui peut relancer le débat ?

"C’était compliqué surtout que j’avais l’impression de ne rien avoir fait de spécial", si ce n’est "assister ma femme dans ses derniers moments", a poursuivi l’octogénaire. Josanne, dépressive depuis 30 ans, avait déjà fait plusieurs tentatives de suicide par le passé. Elle souffrait également de douleurs dues à l’arthrose depuis plusieurs années. Après lui avoir fourni de quoi mourir, son mari était resté à ses côtés jusqu’à sa mort, appelant seulement par la suite le médecin.

Jean Mercier espère que cette décision sera un pas de plus vers la légalisation de l’euthanasie.

Mon combat continuera jusqu’à ce que je meure

Jean Mercier

France Bleu Saint-Étienne Loire

Celui qui est atteint d’un cancer de la prostate et de la maladie de Parkinson assure qu’il mourra heureux s’il voit de son vivant "une nouvelle loi sérieuse" légalisant l’euthanasie. Pour lui, cette décision est "une petite pierre qui peut faire avancer les choses".