Accident thérapeutique : une personne en état de mort cérébrale

La ministre de la Santé Marisol Touraine évoque vendredi un "accident très grave" au cours d'un essai thérapeutique à Rennes. Une personne est en état de mort cérébrale, cinq autres sont aussi hospitalisées.

(Un essai thérapeutique conduit par un laboratoire agréé a mal tourné à Rennes ©)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Une personne était en état de mort cérébrale ce vendredi dans le cadre d'un essai thérapeutique qui a mal tourné à Rennes. Cinq autres patients ont été hospitalisés, selon un communiqué du ministère de la Santé, confirmant les informations révélées par TF1.

Des volontaires pour un essai clinique

L'accident thérapeutique à Rennes (Ille-et-Vilaine) a été signalé jeudi au ministère de la Santé. La ministre Marisol Touraine, a déclaré ce vendredi qu'un "accident très grave"  s'était produit. D'après les premiers éléments fournis par le ministère, six personnes, toutes "volontaires pour cet essai mené sur un médicament pris par voie orale" , sont hospitalisées. Elles auraient été admises en début de semaine, sans autre précision.

Une personne accueillie en réanimation est "en état de mort cérébrale" . Cinq autres personnes dont l'état de santé est jugé inquiétant sont aussi hospitalisées. Tous les patients victimes de cet essai thérapeutique ont été pris en charge au CHU de Rennes.

Un laboratoire agréé

La nature de l'essai médicamenteux n'était pas précisée en fin de matinée. Il était mené par "un laboratoire européen", dans le cadre d'un "essai clinique de phase 1" . D'après le ministère de la Santé, les tests étaient réalisés dans "un établissement privé autorisé".  L'établissement mis en cause dans les essais thérapeutiques qui ont mal tourné est le laboratoire Biotrial, agréé par le ministère de la Santé. Les essais conduits par ce laboratoire concernaient un médicament développé par le laboratoire pharmaceutique portugais Bial.

L'essai thérapeutique a immédiatement été interrompu. Tous les participants ont été contactés, selon le ministère de la Santé qui prévoit une conférence de presse dans l'après-midi à Rennes.