Tout euro, tout éco, France info

TTIP : l'Alena, l'exemple qui inquiète

L'accord américain, USA, Mexique, Canada, remet aujourd'hui en question la traçabilité de la viande, un exemple qui doit alerter les Européens dans leurs négociations du TTIP avec les USA.

--'--
--'--
Radio France

Mis à jour le
publié le

(Photo prétexte © Fotolia)

 L’Europe est en train de négocier un accord, le TTIP ou le TAFTA, comme on veut, un accord de libre-échange avec les États-Unis qui pourrait bien s’inspirer de ce qui se passe déjà entre ces trois pays d’Amérique. Trois pays qui ont signé en 1994, ce type d’accord, l’ALENA. Et en ce moment,  en matière de viande, et notamment de bœuf et de porc, il y a de l’eau dans le gaz entre les partenaires américains.

Le Canada et le Mexique sont mécontents. Ils veulent plus d’un milliard de dollars de droits de douane en compensation de la baisse de leurs exportations vers les USA. Une baisse qui s’explique parce que la loi américaine, la loi COOL, oblige à préciser d’où vient la viande. Et comme on le sait, les américains préfèrent acheter made in USA. Le Canada et le Mexique considèrent  donc que c’est une entrave au libre-échange et ont porté l’affaire devant l’OMC, l’Organisation Mondiale du Commerce.

La bénédiction de l’OMC

L’organisation les a autorisés à rétablir des droits de douane à hauteur de 780 millions de dollars pour compenser le préjudice évoqué. Le Canada exige même la suppression de cette loi COOL qui permet donc au consommateur de savoir ce qu’il achète et ce qu’il mange, mais veut bien patienter jusqu’à ce que le Congrès américain modifie le texte. Car c’est déjà en route, il ne manque plus que le vote du Sénat. Le Mexique, lui, est moins patient. Mais on imagine bien que ces droits de douanes rétablis vont à l’encontre de ce type d’accord qui normalement est fait pour alléger les factures.

Les branches professionnelles craignent aussi des mesures de rétorsion, c’est le cas de la Chambre de commerce américaine, dont le lobby est puissant, et qui pousse le Congrès à en finir avec cette loi. Mais au-delà, cela pose la question des normes à adopter dans ce type d’accord. Et les normes, c’est aussi tout l’enjeu des négociations que l’Europe mène avec les USA.

Un exemple à ne pas suivre

On s’inquiétait déjà de la possible arrivée du poulet américain lavé à l’eau de javel ou des OGM sur nos étals, avec des normes qui ne sont pas les nôtres. Mais là, ce serait encore plus grave car, avec ce type de conflit, réglé devant l’OMC, la traçabilité de ce que l’on met dans notre assiette, n’existerait tout simplement plus et la protection du consommateur, que l’on a eue tant de mal à mettre en place, serait balayée d’un revers de main.

De quoi attiser toutes les inquiétudes des organisations de consommateurs surtout après les scandales qui ont émaillé le secteur de la viande ces derniers temps, dont celui des lasagnes à la viande de cheval. D’ailleurs même aux États-Unis, cette affaire inquiète. L’ONG Public Citizen dénonce une déréglementation généralisée. Et les négociateurs européens du TTIP ont donc tout intérêt à faire très attention, et à jouer la transparence et la vigilance dans la négociation du TTIP pour ne pas livrer le consommateur en pâture à l’industrie de l’agro-alimentaire.

(Photo prétexte © Fotolia)