Tout et son contraire, France info

Rodolphe Burger : "J'aime bien l'idée du tube clandestin"

Rodolphe Burger, guitariste, chanteur, compositeur, avant de passer en solo, il a été le fondateur du groupe Kat Onoma. Il a aussi travaillé pour et avec Bashung, Higelin ou Françoise Hardy. Considéré comme un ovni dans le milieu du rock et de la musique française et comme un intello car il a été professeur de philosophie.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
Philippe VandelRadio France

Mis à jour le
publié le

(©)

Rodolphe Burger fait énormément de concerts et il n'est pas question de jouer tous les soirs les mêmes morceaux de la même façon. Une façon de penser qui pourrait déplaire à ses fans. "Je m'adresse à un public qui aimerait retrouver ce qu'il a aimé et à la fois aimer trouver quelque chose de neuf. Il a une espèce de bonus, la version qu'il a aimé avec un plus d'interprétation. Je pense être toujours extrêmement respectueux de l'original. "

A leurs débuts, Kat Onoma était le chouchou de la presse branchée. Puis, peu à peu, une fois que le succès s'est un peu étendu, des critiques sont apparues : "Garçons charmants aux musiques casse-bonbons". Kat Onoma : sinistres poseurs, intellos pompeux.

"Cela a été terrifiant quand j'ai vu apparaître cela parce que c'était signé par des mecs qui eux étaient vraiment des intellos plus ou moins réussis. "

Indépendance


En 2002, il crée sa propre société de production et d'édition "Dernière Bande". Une structure montée avec Kat Onoma. "On avait besoin de produire de manière indépendante et de développer nos projets. "

Rodolphe Burger n'est pas quelqu'un de violent et pourtant il a failli se battre avec une grande compagnie de major. "C'est arrivé plusieurs fois, on touchait à la vie du groupe qui était bloqué parce qu'un patron de maison de disques pour se protéger lui-même ne voulait pas laisser partir le groupe et ne voulait pas produire un nouvel album. On a vécu des choses terribles. Cela s'est fini par la création d'un label et le rachat de nos propres bandes. "

Des morceaux non formatés

Rodolphe Burger fait souvent des morceaux longs et dissonants. Du coup, il passe moins à la radio, mais ne veut pas pour autant changer de style.

"Il n'y a pas de volonté de ne pas passer. Si on peut passer de manière clandestine dans un morceau qui est "in the air". J'aime bien l'idée du tube clandestin. Je considère que l'on a fait des tubes pour des gens et qu'il n'y ait plus les radios pour les passer c'est peut-être un autre problème. "

(©)