Tout et son contraire, France info

Bernard Minier : "J’ai déjà essayé de respirer avec un sac plastique sur la tête"

Bernard Minier est écrivain et auteur de polars. Il est même l’un des romanciers les plus lus en France. Son premier roman, "Glacé", a été adapté en série pour M6. Il est l’invité de Philippe Vandel dans "Tout et son contraire".

logo
franceinfoPhilippe VandelRadio France

Mis à jour le
publié le

L\'auteur de polars, Bernard Minier en mars 2017 à Paris.
L'auteur de polars, Bernard Minier en mars 2017 à Paris. (DANIEL FOURAY / MAXPPP)

Bernard Minier a déjà vendu 1 million et demi d’exemplaires de ses livres, toutes éditions confondues. Son cinquième roman, Nuit (édition XO), est sorti il y a un mois et dépasse déjà les 100 000 ventes. On y retrouve des personnages de Glacé comme le policier Martin Servaz et le tueur en série Julian Hirtmann.

Des descriptions si réelles

L'intrigue de Nuit se déroule sur une plateforme pétrolière et dans une forêt scandinave. Si, bien souvent, les lieux qu'il décrit dans ses livres semblent si réels c'est parce que Bernard Minier a une façon particulière de travailler : il se déplace sur place quand il peut. 

J'essaye de fréquenter les lieux que je décris, j'ai besoin de cette phase d'imprégnation. La station spatiale internationale et la plateforme pétrolière sont deux exceptions, je n'ai pas pu m'y rendre.

Bernard Minier, écrivain

à franceinfo

Parfois aussi, l'écrivain teste quelques actions pour ses polars comme lorsqu'il a tenté de s’étouffer avec un sac plastique sur la tête pour Glacé. "J’ai essayé de respirer avec un sac plastique sur la tête, raconte-t-il. C'est très oppressant. Le plastique qui se colle à la bouche et aux narines n’est pas franchement la sensation la plus agréable du monde." De son ancien métier, contrôleur des douanes, Bernard Minier a gardé dans ses livres "le petit théâtre administratif, les relations hiérarchiques", indique-t-il.

"Servaz a changé ma vie"

A la fin du livre, Bernard Minier aligne deux pages de remerciements. Cela se termine ainsi : "Ah oui, j'oubliais : il y en a un dernier que je voudrais remercier. Il s'appelle Martin Servaz". Servaz est son héros, c'est lui qui mène l’enquête, "il a changé ma vie, je l'adore", dit-il. On peut se demander si ce héros un peu dépressif, parfois dépassé par les événements, est le double de Bernard Minier. "Non, ce n'est pas mon double. Il y a des petits aspects de moi quand même dedans, reconnaît-t-il avant de faire un lapsus : je ne suis pas dépressif du tout. Ça se passe plutôt mal".

Dupont de Ligonnès, l'un de ses lecteurs

Et puis, histoire dans l’histoire : en septembre 2011, la dernière fois qu’on a vu Xavier Dupont de Ligonnès vivant, ce père de famille nantais suspecté d'avoir tué sa femme et ses quatre enfants, il était filmé par les caméras de surveillance d’un hôtel du Var. Et il avait à la main le roman de Bernard Minier, ce qu’il l’a beaucoup surpris. "Sur le moment c’est très désagréable et en même temps il aurait pu avoir n’importe quel type de bouquin dans les mains, c’est juste que Glacé marchait bien à ce moment-là, ce qui est sûr c’est qu’il y a rien commun dans le roman avec ce qu’il a fait", explique-t-il.

L\'auteur de polars, Bernard Minier en mars 2017 à Paris.
L'auteur de polars, Bernard Minier en mars 2017 à Paris. (DANIEL FOURAY / MAXPPP)