Si j'étais..., France info

Si j'étais... Kim Jong-un

Benoît Hamon, candidat à l'élection présidentielle de 2017, reçoit le soutien virtuel de Kim Jong-un. Karl Zéro s'est en effet glissé dans la peau du président de la Corée du Nord.

00:00-00:00

audio
vidéo
avatar
Karl ZérofranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Kim Jong-un, président de la Corée du Nord à Pyongyang, le 10 mai 2016.
Kim Jong-un, président de la Corée du Nord à Pyongyang, le 10 mai 2016. (ED JONES / AFP)

Si j’étais Kim Jong-un, grand soleil du XXIe siècle, j’appellerais tous les Français à voter en masse pour élire triomphalement Benoit Ha-Mon, dès le 1er tour, avec un score indiscutable de l’ordre de 97 à 98 % ! Dans le cas contraire, si par malheur un aventurier, un dragon combinard comme ce François Fillon se voyait élu après un tour de ces passe-passe anti-démocratiques dont vous avez le secret, sachez que nos vigoureux missiles balistiques intercontinentaux raseraient en un éclair votre capitale, Euro-Disneyland Paris !

Si j’étais Kim Jong-un, je vous dirais qu’après mûre réflexion, et vote à main-levée lors d’une plénière du Parti du Travail de Corée, Benoit Ha-Mon s’est vu désigné à l’unanimité (et par contumace puisqu’il ne pouvait être présent) "Candidat Favori du Parti du Juché pour les élections de la France" par l’ensemble du peuple souverain de Puk Chosŏn, la République populaire démocratique de Corée.

Vive Ha-Mon !

La décision a été aussitôt saluée partout dans le pays par quatre heures d’applaudissements debout, dans les ateliers, les écoles et les camps de rééducation. 100 000 banderoles  "Longue vie au futur président ami  Ha-Mon !" ont été placardés et une effigie en carton du bandit milliardaire et cosmopolite Ma-Cron brûlée devant la grande maison des études du peuple.

Une classe de la province du Kangwon a réalisé un portrait de Manuel Valls en crachats et fientes de corbeaux, saisissant de réalisme. Notre quotidien Ro-dong Sin-mun a publié en une une photo de Benoît Hamon sous-titré de cet idéogramme vigoureux : "Hu-Tae Dong Zha-Oh" qu’on peut traduire dans votre langue par :  "Saluons énergiquement le fait que beaucoup d’aspects du programme révolutionnaire de Benoit Hamon soit la décalque occidentale de notre idéologie du Juché, un rapprochement que nous attendions depuis près de 65 ans".

750 € pour un, 750 € pour tous 

Si j’étais Kim Jong-un, je vous confierais que le "revenu universel d’existence" que Ha-Mon propose d’ instaurer en France, c’est nous qui nous en sommes les inventeurs ! Nous l’avons imposé avec succès dès 1953, sous la glorieuse houlette de la Montagne à Tête Blanche, mon grand-père, l’insurpassable Kim Il-sung. Ha-Mon propose de donner 750 euros mensuel à chacun : c’est ce que nous faisons déjà, sauf que chez nous, cette somme astronomique est dédiée à l’ensemble de la population. De même, le camarade Hamon entend “éradiquer la grande précarité et contribuer à définir un nouveau rapport au travail”. Nous aussi, nous éradiquons les précaires. Physiquement ! Et chez nous aussi, le rapport au travail est toujours renouvelé, puisqu’après chaque boulon serré, un nouveau boulon se présente. 

Si j’étais Kim Jong-un, je saluerais aussi le grandiose programme militaire de Benoît Hamon, qui veut  "Poursuivre le renouvellement et la modernisation" de la dissuasion nucléaire française, et entend faire passer le budget  "défense et sécurité" à 3 % du PIB. 70 % serait plus réaliste, mais il y viendra, se calquant sur notre efficace politique de Songun, et c’est déjà mieux que les 1,8 % actuels !

Seul point noir, selon nos services secrets, Benoît Ha-Mon a deux frères, nommé Xa-Vier et Séba-Stien, l’un est médecin à l’hôpital de Landerneau, l’autre vit de rapines à Brest. Je me permets de te mettre en garde, camarade- candidat Ha-Mon : des frères, c’est très dangereux, c’est très inutile. Ce sont toujours des rivaux politiques en puissance, des vipères jalouses menaçant la stabilité d’un régime, donc ils sont à surveiller de près. Ce serait dommage d’en arriver à être obligé de les éliminer, mais si tu veux, on s’en occupe.

Voilà, chers amis français, ce que je vous dirais si j’étais Kim Jong-un !

Kim Jong-un, président de la Corée du Nord à Pyongyang, le 10 mai 2016.
Kim Jong-un, président de la Corée du Nord à Pyongyang, le 10 mai 2016. (ED JONES / AFP)