Si j'étais..., France info

Si j'etais... Donald Trump

Donald Trump a remporté l'élection présidentielle américaine mercredi 9 novembre. Karl Zéro se met dans la peau du 45e président des États-Unis.

00:00-00:00

audio
vidéo
avatar
Karl ZéroRadio France

Mis à jour le
publié le

Donald Trump lors d\'un meeting à Saratosa, en Floride, lundi 7 novembre 2016. 
Donald Trump lors d'un meeting à Saratosa, en Floride, lundi 7 novembre 2016.  (MANDEL NGAN / AFP)

Si j’étais Donald Trump, je dirais aux sondeurs et aux journalistes qui se battent la coulpe depuis 24 heures : "Arrêtez de vous lamenter, les enfants !" Vous ne m’avez pas vu venir ? Ben... moi non plus ! Vous vous êtes "trumpés" ? Ben... moi pareil ! J’ai même été le premier surpris d’être élu. Vous, à la limite c’est normal. Vous étiez aveuglés par votre servilité envers un système dont plus personne ne veut. Vous avez tragiquement fini par croire à vos propres fadaises ! Comme par exemple que mes compatriotes allaient élire une vieille dame qui souhaitait que notre pays ne soit peuplé que de couples homosexuels et mexicains ! Voyons !

Ok, notre patrie n’est à l’origine composée que d’immigrants. Mais à un moment, il faut savoir dire stop. On est assez nombreux comme ça. Revenez dans 200 ans, on verra !

Je suis président ! C'est "huge" !

Mais n’avoir pas vu venir mon élection, en ce qui me concerne, c’est impardonnable... Il faut dire je n’ai jamais réellement voulu être président des États-Unis. Je l’ai juste bien cherché. Comme quoi, avec du pognon on peut tout ! Mais au départ, c’était pour déconner ! Tout ça est parti d’une boutade, d’un pari stupide entre copains en 2011. C’était lors du dîner annuel de la presse d’Obama, j’y étais. Il s’est publiquement foutu de ma gueule : "Donald peut désormais se poser les vraies questions. 'Avons-nous vraiment marché sur la Lune  ?' 'Que s’est-il vraiment passé à Roswell  ?' 'Où sont Biggie et Tupac  ?'" Bref, il m’a fait passer au mieux pour un complotiste, au pire pour un abruti.

J’ai dit : "Ah ouais ? Il le prend sur ce ton, le Kenyan ? Ben il va voir !" Et on a vu. Je suis président ! C’est dingue, non ? J’ai du mal à me rendre compte... C’est "huge" quand même ! Et même assez "tremendous" !

Après tout, si j’étais Donald Trump, comme je vois que vous avez le teint blême, je vous rassurerais : faire président, c’est pas plus compliqué que de faire un show de téléréalité. C’est juste un job de plus, une expérience sympa. Ça fera classe sur mon CV. Je suis un mec pragmatique moi. On m’élit ? Ok. Si vous y tenez, je gouverne. C’est du spectacle de toute façon. Il y a des gens qui vous écrivent des répliques, des caméras qui vous filment... Il suffit d’être bien habillé et surtout bien coiffé. Je sais faire. D’ailleurs, il a fait quoi d’autre mon prédécesseur, le bellâtre d’Afrique de l’Est ?  Hein ? L’Obamacare ? Oui, ben on supprime. T’es viré Barack ! Ils n'ont qu’à manger sainement et travailler beaucoup. Il seront moins gros et malades, tes amis les nuisibles !

Staline s'appelle Poutine, mais c'est mon pote

D’après les analystes - moi je ne les lis pas, au delà de 140 signes je fatigue, mais on me l’a raconté - mon triomphe aurait de quoi inquiéter. Je n’aurais pas le niveau, posséderais le QI d’un bouc et n’aurais jamais été élu avant. Ca j’ai vérifié, c’est vrai. Pour le reste, il faut un début à tout. Reagan, il était bien cow-boy dans des films, et W. Bush ivrogne dans des bars ? Ça a fait des super présidents, non ? Alors keep cool, men !

À la maison, je ferais ce que j’ai dit : le grand mur anti-violeurs et anti-dealers au sud, et plein d’usines pour remettre tout le monde au boulot et polluer un max. Tout ce qui viendra de Chine ou d’ailleurs y retournera, direct ! Au niveau international, il faut reconnaître que j’ai pas un niveau énorme. Mais je suis monté au grenier chercher mon vieux manuel d’histoire-géo de 5ème pour potasser tout ça. Évidemment il date un peu. Mais dans les grandes lignes, rien n’a changé. L’URSS a changé de nom, Staline s’appelle Poutine, mais c’est mon pote. No problemo. Les Arabes ? Ils se sont toujours foutus sur la gueule. Ils n'ont qu’à continuer, mais sans nous.

Y'a quoi d’autre ? La France ?! Ah... Oui. Of course ! Je sais où c’est ! Juste entre la City et les nazis ! J’adore ! C’est "huge" la France. But i’ll comme back to talk about that fucking country another time !

Donald Trump lors d\'un meeting à Saratosa, en Floride, lundi 7 novembre 2016. 
Donald Trump lors d'un meeting à Saratosa, en Floride, lundi 7 novembre 2016.  (MANDEL NGAN / AFP)