Question de choix, France info

Question de choix. Travail forcé en Indonésie, leader mondial de l'huile de palme.

Selon la dernière enquête d'Amnesty International, de grandes marques de l'agro-alimentaire et de la chimie achètent de l'huile de palme produite dans des conditions d'un autre âge. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
Fabienne ChauvièrefranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Homme portant des fruits de palmier à huile.
Homme portant des fruits de palmier à huile. (YULI SEPERI / EYEEM / EYEEM / GETTY IMAGES)

Sur les grandes plantations en Indonésie, les femmes sont sous-payées et des enfants parfois très jeunes, sont obligés d'aider leurs parents à tenir leurs objectifs.

L’huile de palme est l’huile végétale la plus consommée au monde

Elle est très utilisée car elle est solide et malléable à température ambiante. On trouve de l’huile de palme dans les céréales, les biscuits, les crèmes glacées, les soupes lyophilisées, les pâtes à tartiner, la mayonnaise, le chocolat, les pâtes à tartes, où elle est souvent désignée comme huile végétale. On la retrouve aussi dans les savons, les shampooings ou les dentifrices.

Mauvaise pour la santé, pour l'environnement et pour les ouvriers agricoles locaux

L’huile de palme est souvent accusée d’être mauvaise pour la santé, elle favoriserait le cholestérol, mauvaise pour l’environnement, car elle contribue à la déforestation. Selon le dernier rapport d’Amnesty International, elle est aussi mauvaise pour ceux  qui travaillent sur les plantations.

Amnesty a enquêté en Indonésie auprès d’ouvriers employés par le plus gros producteur mondial d’huile de palme. Ces ouvriers, qui ont du mal à remplir leurs objectifs, doivent se faire aider par leurs enfants. Quant aux femmes, ce sont souvent elles qui épandent les pesticides, sans protection, pour moins de 2,30 euros par jour. 

Un cahier des charges plutôt flou 

Pourtant, sur les paquets de céréales, de chips ou de pâte à tartiner des grandes marques, apparaît souvent le logo "huile de palme durable". Pour Amnesty International, le cahier des charges relatif à ce logo n’est pas strict et, surtout, il ne tient pas compte la vie des hommes et des femmes sur les plantations.

Parce que l’huile de palme présente aussi des risques pour la santé et un fort impact sur l’environnement, quelques marques l’ont déjà retirée de leurs produits à l’image de Casino, des surgelés Findus ou des biscuits St Michel.

Homme portant des fruits de palmier à huile.
Homme portant des fruits de palmier à huile. (YULI SEPERI / EYEEM / EYEEM / GETTY IMAGES)