Question de choix, France info

Question de choix. Téléphone portable : loin du cerveau, c'est mieux

Les téléphones portables sont-ils sans danger ? Pas sûr. Des cellules cultivées en laboratoire en présence d’ondes électromagnétiques montrent des réactions inquiétantes.

00:00-00:00

audio
vidéo
logo
Fabienne ChauvièrefranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Un groupe d\'adolescents avec leur téléphone portable, à Thonville (Moselle), le 8 février 2017.
Un groupe d'adolescents avec leur téléphone portable, à Thonville (Moselle), le 8 février 2017. (MAXPPP)

Téléphones portables, tablettes, technologies sans fil, wi-Fi, génèrent des ondes électromagnétiques dans lesquelles nous baignons. Des cellules cultivées en laboratoire en présence d’ondes électromagnétiques montrent des réactions inquiétantes.

Il y a très peu de recherches sur l’impact de ces ondes

On les suspecte pourtant d’être à l’origine de problèmes de santé, et notamment de tumeurs au cerveau.
L’ANSES, l’agence nationale de sécurité sanitaire prend le problème très au sérieux et finance actuellement plusieurs études. Les premiers résultats ont été présentés il y a quelques jours. Des cellules cultivées en laboratoire et exposées aux ondes réagissent de façon étrange.

Pour comprendre l’impact des radiofréquences sur le vivant, des chercheurs ont aussi exposé des rats, puis ils leur ont laissé le choix d'aller dormir dans une cage exposée ou dans une cage non exposée. Les rats choisissent toujours la cage non exposée.

Les technologies radiofréquence sont partout, et c’est le téléphone portable qui nous expose le plus

Aucune étude n’a à ce jour mis en évidence le lien qu’il pourrait y avoir entre l’utilisation du téléphone portable et des problèmes de santé. En revanche, il a été prouvé que l’usage du mobile peut avoir un impact sur les fonctions cognitives, et en particulier sur la mémorisation.

Les résultats définitifs des deux grosses études financées par l’ANSES, ne seront pas connus avant plusieurs années.

En attendant, il faut choisir les téléphones qui affichent le débit d’absorption spécifique, ou DAS, le plus bas. Plusieurs modèles seraient au-dessus des seuils fixés par les nouvelles normes européennes.

Un groupe d\'adolescents avec leur téléphone portable, à Thonville (Moselle), le 8 février 2017.
Un groupe d'adolescents avec leur téléphone portable, à Thonville (Moselle), le 8 février 2017. (MAXPPP)