Question d'éducation, France info

"Bravo et au dodo !" , ou comment aider votre enfant à mémoriser

Si vous voulez que vos enfants apprennent bien : couchez-les tôt, et encouragez-les ! C'est le conseil que donne une chercheuse en neurosciences à l'université de Genève.

--'--
--'--

Mis à jour le
publié le

(©)

  Cette
chercheuse, c'est Kinga Igloi, lauréate du Fonds AXA pour la Recherche, dont
une interview vient d'être publiée par Chercheurs d'Actu, dont France Info est
partenaire.

On se doute un peu qu'on travaille mieux
quand on est récompensé, mais comment prouve-t-elle l'effet positif du
sommeil ?

Le dispositif
expérimental est le suivant : une tâche de mémorisation est donnée à trente
personnes, en l'occurrence retenir
des séquences d'éléments visuels. Un oreiller rose, un canapé gris sur fond
orange, une cuisine, une chambre, une maison, un paysage... On vous prévient que
pour chaque bonne réponse, certaines séquences vous rapportent un centime la
bonne réponse, pour d'autres, un euro la bonne réponse. On vous montre donc ces
séquences puis on attend une heure et demie pendant laquelle la moitié des
volontaires dort, l'autre non.

Ensuite,
réveil et interro...

Exactement. Et comme vous l'imaginiez, les
réponses fortement valorisées sont mieux mémorisées, mais on voit nettement que
les résultats du groupe qui a dormi sont meilleurs que ceux du groupe qui n'a
pas dormi.

Et
pendant tout ce temps, on observe ce qui se passe dans le cerveau.

Oui, il n'y a rien de magique ou de
psychologique dans tout cela, c'est de la chimie : quand vous avez dormi,
votre cerveau présente un nombre élevé de pics d'activité du cortex frontal. Or
ces pics sont liés à l'activité de l'hippocampe, qui est le siège de la
mémoire. Vous savez qu'on a tous une mémoire à court terme et une mémoire à
long terme ; eh bien c'est comme si on facilitait le passage de l'une à
l'autre.

Donc
on ne s'en souvient pas seulement une heure et demie après.

Exactement. Trois mois plus tard, les
volontaires sont rappelés et l'expérience est reproduite et il se confirme que
ceux qui ont fait une sieste ont mieux mémorisé que les autres. Mais il y a
d'autres bénéfices, par exemple en matière de confiance en soi : ceux qui
ont dormi sont plus sûrs de leurs réponses que les autres. En fait c'est bien
cette articulation qui est au cœur de la recherche : pourquoi le cerveau,
quand on dort, va sélectionner une information qu'il juge importante pour la
transférer de la mémoire vive à la mémoire de long terme.

Le
fait d'encourager les enfants peut se substituer à la récompense
financière ?

Oui. C'est ce qu'explique Kinga Igloi à Chercheurs
d'Actu, je cite : " Il serait plus efficace de récompenser un enfant qui
fait ses devoirs plutôt qu'un enfant qui a de bonnes notes. Pour bien réviser,
il faut bien dormir, évidemment, mais aussi valoriser l'apprentissage en
lui-même, et pas seulement le résultat. "

On
dit parfois que le fait de noter les élèves risque de les humilier... Cette étude
montre que la note a aussi ses vertus...

Oui, elle peut agir comme récompense et
c'est un moteur bien connu. Mais faire plaisir aux parents ou à l'enseignant
notamment dans les petites classes, recevoir leurs encouragements, même quand
on se trompe, est au moins aussi efficace. Ça entraîne tous les mécanismes de
prise de confiance.

Donc
ce soir, on félicite les enfants et on les couche tôt...

On les félicite en précisant, avec eux, ce
qu'ils ont fait ou  appris d'important
dans la journée, ce qui n'est pas évident notamment quand ils sont petits car
ils ne sont pas capables de hiérarchiser ce qui compte le plus dans leur
journée d'école. On peut néanmoins jeter un œil sur les cahiers, ou passer en
revue avec eux ce qui a été vu dans certains cours.

Les
enseignants peuvent aussi le préciser

Et certains le font, quand ils soulignent
dans les leçons, ce qui est important, ou quand ils tiennent informés les
parents quand une étape stratégique des apprentissages intervient.

Pour en savoir plus...

Question
d'éducation sur franceinfo.fr et Chercheurs d'actu, qui vient de publier une
série sur le fonctionnement du cerveau dans laquelle vous apprendrez aussi
pourquoi certains apprennent mieux par mimétisme. Vous découvrirez aussi les
rôles respectifs de la
dopamine, le neurotransmetteur lié à l'apprentissage – celui qui intervient justement
dans le circuit de la récompense – et de la sérotonine, qui est elle
liée à la sociabilité et à la confiance et aux qualités de meneur.

 

 

(©)