On s'y emploie, France info

On s'y emploie. Comment les Espagnols voient les Français au travail

Comment des étrangers vivant en France regardent notre façon de travailler. Aujourd'hui un Espagnol : il envie la diversité des cultures dans nos entreprises.

00:00-00:00

audio
vidéo
avatar
franceinfoPhilippe DuportRadio France

Mis à jour le
publié le

Les rapports hiérarchiques semblent plus rigides en France, pour un Espagnol qui tutoie naturellement son supérieur.
Les rapports hiérarchiques semblent plus rigides en France, pour un Espagnol qui tutoie naturellement son supérieur. (GETTY IMAGES)

Antonio Delgado vit et travaille en France depuis trente ans.

Philippe  Duport : Antonio Delgado, vous avez eu de nombreuses expériences internationales. Vous êtes médecin à la base et vous travaillez aujourd'hui chez Jansen, un laboratoire pharmaceutique. Et l'une des choses qui vous marque en France, c'est que l'on peut y travailler au contact de nombreuses cultures différentes...

A.D. : C'est quelque chose auquel j'ai déjà été confronté à la Cité Universitaire et aujourd'hui dans mon travail, on doit être une trentaine de nationalités. C'est propre à la France et c'est une grande richesse. Il y a de grandes différences entre Paris et la province, qui se rapproche plus de ce que j'ai connu en Espagne.

En France, il faut rester tard au bureau

Et à Paris il y a des choses qui me choquent un petit peu, comme de rester très tard au boulot. Comme si on ne pouvait pas être bon et ne pas rester tard, alors que dans d'autres pays c'est signe d'un manque d'organisation.

L'équilibre entre vie privée et vie professionnelle n'est pas très bon en Ile-de-France. Autre aspect qui m'étonne : le Français doit râler, y compris au travail. Ce qui fait perdre du temps, on pourrait aller plus vite si on était un peu plus proactif. Ce qui me frappe aussi chez vous c'est la hiérarchie. En Espagne, un professeur ou un chef, on peut l'approcher plus facilement, on le tutoie, il y a une proximité qui est plus forte qu'en France.

Les rapports hiérarchiques semblent plus rigides en France, pour un Espagnol qui tutoie naturellement son supérieur.
Les rapports hiérarchiques semblent plus rigides en France, pour un Espagnol qui tutoie naturellement son supérieur. (GETTY IMAGES)