Nouveau monde, France info

Nouveau monde. Rouler gratuitement en voiture électrique en revendant l’énergie inutilisée

Particularité de la voiture électrique Leaf de Nissan : grâce au  "grid", elle peut restituer de l’électricité inutilisée. En échange, on peut même se faire payer.     

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoJérôme ColombainRadio France

Mis à jour le
publié le

La nouvelle Nissan Leaf intègre la technologie de charge électrique bi-directionnelle;
La nouvelle Nissan Leaf intègre la technologie de charge électrique bi-directionnelle; (Jérôme Colombain / RADIO FRANCE)

La marque Nissan a présenté cette semaine la nouvelle version de sa Leaf, une voiture électrique capable de restituer de l’électricité lorsqu’elle n’en n’a pas besoin. C’est basé sur ce que l’on appelle le "smart grid" (grille intelligente), c'est-à-dire l’interconnexion des équipements électriques avec gestion intelligente du réseau. Par exemple : vous rentrez chez vous en fin de journée et la batterie de votre voiture électrique est encore largement chargée mais vous n’en n’avez pas besoin avant le lendemain matin, un système intelligent est alors capable de vider votre voiture et d’envoyer l’électricité récupérée sur le réseau. Il est possible de paramétrer une limite afin de ne pas être complètement à sec en cas de besoin.  

A quoi ça sert ?  

Pour l’opérateur électrique, cela permet récupérer de l’énergie stockée chez les possesseurs de véhicules électriques afin de faire face aux pics de consommation sur le réseau, par exemple en fin de journée. Dans le futur, cela permettra aussi de compenser l’augmentation de la consommation d’électricité occasionnée précisément par le développement de la voiture électrique. Pour l’automobiliste, en échange de l’utilisation de ses batteries, l’utilisateur peut se faire payer ou au moins dédommager en électricité gratuite.  

Au Royaume Uni et au Danemark mais pas en France  

Au Royaume Uni, le fournisseur d’énergie OVO  "rembourse" ainsi 300 à 400 livres d’électricité par an. Au Danemark, Nissan prend carrément en charge l’intégralité de la consommation annuelle de la voiture (à condition que celle-ci soit branchée 16 heures par jour). C’est du gagnant-gagnant. Ce système n’existe pas en France, mais il est vrai que l’électricité est très bon marché dans l’hexagone et l’équation serait moins pertinente. Le constructeur américain Tesla est l’un des rares à proposer également ce type service. Ce système prend encore plus d’intérêt lorsque l’on produit soi-même de l’énergie grâce au solaire ou à l’éolien. Pour cela, des marques comme Nissan ou Tesla commercialisent des grosses batteries-chargeurs pour la maison et l’entreprise.  

Où en est le développement de la voiture électrique ?  

En France, la voiture électrique représente seulement 1,2 % du marché (nouvelles immatriculations depuis le début de l’année). En Norvège, leader européen, on est à près de 20 %. Trois contraintes freinent encore les ardeurs des acheteurs. En premier lieu, l’autonomie limitée. Cependant, on atteint aujourd’hui 300 à 400 km avec une seule charge (Leaf, Zoé) et même 400 à 500 km (Tesla, Audi). Deuxième contrainte : la recharge. Il faut être sûr de pouvoir trouver un chargeur sur sa route et ne pas y perdre trop de temps. Heureusement, il en existe de plus en plus, y compris des chargeurs rapides (80 % en 30/40 minutes). Troisième frein : le prix des véhicules électriques qui reste plus élevé que celui des voitures thermiques (exemple : la nouvelle Nissan Leaf, une petite citadine de cinq places, est annoncée aux alentours de 37 000 euros et le chargeur spécial grid coûte entre 3 500 à 5 600 euros HT). Cependant, il existe beaucoup d’aides publiques. Sans compter les économies que l’on fait en n’allant plus jamais à la station-service ni au garage pour les révisions.

La nouvelle Nissan Leaf intègre la technologie de charge électrique bi-directionnelle;
La nouvelle Nissan Leaf intègre la technologie de charge électrique bi-directionnelle; (Jérôme Colombain / RADIO FRANCE)