Nouveau monde, France info

Nouveau monde. Les Français sensibles à la question des données personnelles sur le web

Les Français aiment internet mais ils s’en méfient. Selon une étude, ils seraient de plus en plus prudents avec leurs données personnelles.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoJérôme ColombainRadio France

Mis à jour le
publié le

Image d\'illustration
Image d'illustration (ALIX MINDE / MAXPPP)

Une majorité de Français serait plus vigilants que par le passé sur internet, selon une étude Médiamétrie pour l’Institut Mines-Telecom. 61% refusent de partager leur géolocalisation, 59 % effacent les traces de leur navigation sur le web et 45% ajustent les paramètres de confidentialité sur les réseaux sociaux.

Ne pas tout partager avec tout le monde

Ces chiffres traduisent une vraie volonté de protéger les données personnelles et surtout de bien séparer les différents aspects de la vie privée. Par exemple, pas question de transmettre des pièces d’identité sur les réseaux sociaux (alors qu’on les présente aisément en magasin) en raison des risques de vol d’identité. Inversement, les Français sont réticents à l’idée de partager avec les administrations des données venant des réseaux sociaux (liste d’amis, messages, etc.).

Google renonce à analyser les emails

Ces pratiques vont à l’encontre des modèles économiques des géants du web, comme Google, qui sont basés sur la collecte de données ("si c’est gratuit, c’est que c’est vous le produit"). D’ailleurs, ces pratiques évoluent, face aux nouvelles pratiques des internautes et aussi à la législation qui devient plus contraignante. Ainsi, Google annonce qu'il va cesser de "lire" (scanner de manière automatique) les messages Gmail afin d'adresser de la publicité ciblée; du moins, il sera possible de désactiver cette fonction.

Comment protéger sa vie privée ?

Les bonnes pratiques pour protéger sa vie privée dans le monde numérique sont toujours les mêmes : choisir des mots de passe forts afin d’éviter de se les faire dérober, utiliser un navigateur web pas trop curieux (Firefox fait du respect de la vie privée son cheval de bataille) et éventuellement une messagerie chiffrée (Telegram, WhatsApp…). C’est ce qu’explique notamment Tristan Nitot dans son livre Surveillance:// .

Image d\'illustration
Image d'illustration (ALIX MINDE / MAXPPP)