Modes de vie, France info

Kaboullywood et les difficultés de tournage en Afghanistan

Manon Quérouil, de Marie-Claire est allée à Kaboul, en Afghanistan, à la rencontre de jeunes femmes qui tournent la deuxième saison de la série télé "La Fac", que l'on pourrait comparer à "Hélène et les garçons" mais à la façon afghane !

avatar
Radio France

Mis à jour le
publié le

(©)

Les tournages ne sont pas évident en Afghanistan, ne serait-ce que sur le plan de la sécurité, et à cause des
mœurs du pays. Les tournages en extérieurs sont devenus rares,
difficiles car ils attirent énormément de monde et provoquent des émeutes.

Les femmes comédiennes en Afghanistan sont
considérées comme des femmes légères, et faute d'écoles les acteurs sont le plus souvent des amateurs qu'il faut former.

La  réalisatrice Hamida a été élevé en Suisse et a redécouvert son pays à la chute des Talibans. Elle s'est replongée dans cette culture et a décidé de rester, puis a monté sa société de production qui emploie aujourd'hui une centaine de personnes.

"Hamida sait jusqu'où aller sans franchir la ligne rouge, sait bousculer les mentalités sans imposer un modèle de standard qui heurterait les Afghans ", explique Manon Quérouil, de Marie-Claire.

Sa série, La Fac , est devenue une success story. Elle aborde des sujets qui fâchent comme le mariage arrangé, l'addiction à la drogue, le sida, la corruption, mais
d'un point de vue afghan !

(©)